Modernite et tradition

Pages: 19 (4543 mots) Publié le: 16 décembre 2012
I. Les aspects polymorphes de la tradition
La tradition s’exprime de deux manières différentes et complémentaires : c’est d’une part l’évolution d’un état d’esprit, l’idée de décadence, et d’autre part un courant intellectuel et philosophique.
L’idée de décadence
L’instinct de mort joue un rôle considérable dans toutes les cultures. Platon, dans La République, expose comment les régimes secorrompent. Mais ce mal reste évitable, par des systèmes d’éducation évolués. A Rome, le problème de la mort de l’empire s’est posé bien avant que celle-ci n’intervienne. On analysera cette décadence en termes de prolétariat intérieur et extérieur (Toynbee). Il en va de même pour la décadence athénienne telle qu’éclairée par Salluste (La Conjuration de Catilina). Une explication d’ordre religieux :si les ennemis extérieurs demeurent les barbares, les ennemis intérieurs deviennent les péchés : l’idée de décadence s’alourdit de tout le poids d’une faute.
Au XVIe siècle, l’Antiquité est valorisée contre la modernité selon Furet. Quevedo parle en 1624 d’une corruption par le luxe d’un idéal originel de frugalité et de moralité. Bruni associe la décadence des Belles-lettres à la dégradation deslibertés publiques. Giovanni Botero établit une généalogie de la corruption à l’intérieur d’un Etat. Une méfiance croissante se fait jour dans les forces de l’homme, avec le sentiment que même les cités parfaites de l’Antiquité ont été à la fin détruites par la fortune. Il existerait une puissance, mi-providence mi-hasard, à laquelle le monde est soumis, et qui détruit aussi la République dePlaton.
Le danger des richesses : Gibbon, s’il cite toujours les causes morales de la décadence, est attentif à ses causes sociales. C’est l’idée, célèbre, que la décadence commence avec l’abondance. La civilisation des Lumières se sait vulnérable et elle a la hantise des ruines (Magnasco, Guardi peignent ainsi les restes de l’architecture antique).
Pour Herder, la Renaissance est un hommage tardif àl’Antiquité, qui doit être répudié. Le Moyen Age est un mythe germanique et réactionnaire. Sa vitalité est exaltée par opposition à la civilisation rationaliste et mécaniste du XVIIIe siècle français, rongé par le doute et le scepticisme. Le déclin est ainsi déplacé du bas-empire au XVIIIe. Le triomphe du rationalisme français est une victoire sur la vie, le dynamisme, l’esprit faustien.
Au XIXesiècle, Tocqueville a estimé que la double identification de l’homme de la décadence à l’homme dégénéré, et de la décomposition de la démocratie, ne lui paraissent pas pertinente. Renan ajoute que la décadence n’a lieu que selon les esprits étroits qui se tiennent obstinément à un même point de vue. Une société n’est forte qu’à la condition de reconnaître le fait des supériorités naturelles. Elleest celle de la race qui domine.
Réaction allemande contre l’intellectualisme : Nietzsche étudie la crise des sociétés occidentales. Il condamne le nivellement progressif des valeurs d’où résulte la dégradation de l’énergie. L’élément de la décadence, c’est la démocratie, le pacifisme et le socialisme. Thomas Mann oppose la culture (vraie spiritualité, conquise contre la barbarie), et lacivilisation (adoucissement artificiel des moeurs). Spengler exclut toute idée de renaissance spirituelle. En Italie, Benedetto Croce a une conception psycho-sociologique de la décadence : celle-ci commence lorsque les individus, incapables de trouver une solution pour améliorer la puissance de la civilisation existante, la sapent. C’est une tendance permanente de l’esprit humain.
Selon H.I. Marrou,dans Culture, civilisation et décadence, le phénomène de transition est masqué par celui, bien plus visible, de la décadence. Il refuse de voir en celle-ci un moment catastrophique de l’évolution créatrice. Une civilisation trop vieille tend à n’être qu’une somme de contraintes. On peut donc se demander si l’oubli de l’acquis antérieur n’est pas quelquefois une condition favorable qui aide à la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Tradition et modernité
  • Modernité et tradition
  • Tradition et modernité
  • Tradition et modernité
  • Tradition et modernité
  • Tradition et modernité
  • Tradition et modernité
  • Doc tradition et modernité

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !