Mondialisation

260 mots 2 pages
Les progrès techniques (moyens et infrastructures de transports) ont facilité les échanges. Le déplacement des hommes, des marchandises, des capitaux et maintenant de l’information se fait de plus en plus rapidement et pour un cout de plus en plus faible.
Cette explosion des échanges commerciaux a été favorisée par les accords de Bretton Woods et la promotion du libre-échangisme assurée par les accords du GATT et de l’OMC.
Les politiques économiques des différents Etats, influencés par la pensée anglo-saxonne (néolibéralisme), ont favorisé l’ouverture des économies par la dérégulation des marchés et les privatisations. Le FMI a largement répandu cette politique dans les pays du Sud par ses plans d’ajustement structurels.
Ainsi les frontières n’existent plus pour les marchandises, les capitaux et services. Il n’y a plus qu’un seul marché : le monde. Cette globalisation qui supprime la notion de frontière et de nation a été rendue possible par la vitesse de la communication : les réseaux de communication permettent de connecter tous les pays du monde. Si tout le monde est relié au même système d’informations, avec la même logique des échanges, tout autour de la planète vont se développer les mêmes réflexes, les mêmes manières de juger et d’évaluer, les mêmes modes de consommation. On est en présence de la pensée unique ; le libéralisme n’a plus d’adversaire (1989 = chute du mur de Berlin). Paradoxalement, si les frontières n’existent plus pour le commerce, elles sont toujours bien présentes pour les hommes et les femmes qui souhaitent migrer

en relation

  • La mondialisation
    3198 mots | 13 pages
  • Mondialisation
    2810 mots | 12 pages
  • Mondialisation
    3107 mots | 13 pages
  • La mondialisation
    1824 mots | 8 pages
  • la mondialisation
    754 mots | 4 pages
  • Mondialisation
    2047 mots | 9 pages
  • La mondialisation
    1174 mots | 5 pages
  • La mondialisation
    691 mots | 3 pages
  • Mondialisation
    8230 mots | 33 pages
  • La mondialisation
    1594 mots | 7 pages