Montesquieu, de l'esprit des lois, livre douzième : "des lois qui forment la liberté politique dans son rapport avec le citoyen "

1108 mots 5 pages
Construction de philosophie / Résumé synthétique

Montesquieu, De l'Esprit des lois

Livre douzième :
« Des lois qui forment la liberté politique dans son rapport avec le citoyen ».

I- Thèse des lois criminelles dans le rapport avec le citoyen: les mœurs, manières et exemples reçus pouvant faire naître la liberté.

1) Démonstration du premier principe : « la liberté consiste dans la sûreté ». a- Énoncé : la liberté dépend principalement de la bonté des lois criminelles. b- Condition au fondement de cette liberté : une base qui repose sur les connaissances acquises de l’expérience et du perfectionnement des jugements criminels. c- Affirmation de la nécessité de la raison dans l’usage lois : l’exemple de la peine de mort qui requiert plusieurs témoins (deux au minimum et un tiers) lors d’une accusation.

2) Étude des quatre cas de crimes appuyant le second principe : la liberté ne triomphe que dans la juste mesure de la peine, relative à la nature de chaque crime. a- Crime qui choque la religion : distinction entre celui qui l’attaque (sacrilège) passible de privation des avantages donnés par la religion; et de celui qui blesse la divinité, ne pouvant être considéré comme un crime, et ne devant encourir aucune peine (exemple de la vengeance de la divinité pour appuyer cet argument). b- Crime contre les mœurs : violation de la continence publique ou particulière, dont les peines dépendent de sa nature (peines graduées : de la peine minime, comme l’amende, à des peines plus conséquentes comme l’exil ou l’infamie publique). c- Crimes choquant la tranquillité des citoyens : proportionnellement à la nature du crime, la peine encourue peut aller de la prison à d’autres corrections « recadrant » l’esprit du criminel. d- Crime contre la sûreté du citoyen : le plus grave des crimes et le seul passible de supplices et de mort ; considéré comme le remède la société malade, ses peines n’appliquent pas toujours les principes de la nature.

3) Limite :

en relation

  • Le siècle des lumières
    21617 mots | 87 pages
  • La philosophie des lumières est-elle la source de la révolution française?
    14265 mots | 58 pages
  • Sciences politiques
    44225 mots | 177 pages
  • Rien
    21052 mots | 85 pages
  • Beccaria Des D Lits Et Des Peines
    40479 mots | 162 pages
  • histoire du droit
    47160 mots | 189 pages
  • beccaria
    43142 mots | 173 pages
  • Lettres persaines tout
    112610 mots | 451 pages
  • Société d'ancien régime, une société bloquée
    24306 mots | 98 pages
  • Droit constitutionnel 1 S1 Doc de TD 2015 2016 1
    59524 mots | 239 pages