Morale et littérature

672 mots 3 pages
.
Morale et littérature
L’art peut être définit comme une création ou encore comme une invention. En effet il nécessite de faire appel à son imagination ainsi qu’à sa pensée. Or pour que la création soit complète son auteur doit utiliser des techniques mais aussi un langage établit par la société dans laquelle il évolue. On peut donc se demander si l’art sans règle peut réellement être considéré comme de l’art ?
L’art commence là où la technique s’achève. Nietzsche explique notamment son idée sur le génie : on crie au génie en art parce qu’on ne voit pas de traces d’un processus de fabrication. Cependant ce processus existe et le métier est là, tout comme la connaissance de l’art. De plus on peut dire que c’est dans la contrainte que la liberté peut se montrer. On remarque qu’Ernest Pinard décrète « Imposer à l'art l'unique règle de la décence publique, ce n'est pas l'asservir, mais l'honorer. L'art sans règle n'est plus l'art » . C’est ce sur quoi il conclu à la fin de son réquisitoire. Il reproche notamment à Gustave Flaubert non pas d'avoir peint les passions, la vengeance, et l'amour. Mais, de ne pas avoir fait le procès du vice et de la bêtise. Pour lui la littérature se doit donc d’éduquer afin d’être considérée comme telle. Ce qui importe est donc de moraliser le lecteur, de l’éloigner des passions en mettant en avant les dangers quelles comportent.
Cependant Baudelaire déclare « Une foule de gens se figurent que le but de la poésie est un enseignement quelconque, qu’elle doit tantôt fortifier la conscience, tantôt perfectionner les mœurs, tantôt enfin démontrer quoi que ce soit d’utile. » Il s’oppose donc au propos d’Ernest Pinard, pour qui l’art doit respecter des règles établies par notre société. Pour Baudelaire la poésie ne s’oppose pas nécessairement à cela, mais son but premier est tout autre. On ne recherche pas une forme de morale en lisant de la poésie, en effet il explique que celle-ci « n’a pas la Vérité pour objet, elle n’a qu’Elle-même.

en relation

  • De la littérature à l'Instruction Civique et Morale
    9015 mots | 37 pages
  • La littérature doit-elle, selon vous, se charger de l'éducation morale et sociale des lecteurs ?
    914 mots | 4 pages
  • Morales de proust
    8553 mots | 35 pages
  • Litterature et philosophie
    5714 mots | 23 pages
  • Paul benichou
    906 mots | 4 pages
  • Dissertation
    608 mots | 3 pages
  • exercices de terminale
    2213 mots | 9 pages
  • La politique doit t'elle s'appuyer sur des valeurs ?
    1825 mots | 8 pages
  • Dissertation sur « les moralistes et l'amour »
    1107 mots | 5 pages
  • révolution
    1212 mots | 5 pages