nomadisme philo

Pages: 9 (2212 mots) Publié le: 30 juillet 2014
DISSERTATION
 
LE
 NOMADISME
 &
 L’ARCHITECTURE
 

 
Dans
  le
  traité
  de
  Vitruve
  du
  Ier
  siècle
  avant
  Jésus-­‐Christ,
  l’Architecture
  est
 
présentée
  comme
  l’Art
  d’édifier
  qui
  répondrait
  à
  trois
  principes
  fondamentaux
 :
 
utilitas
 (qui
 se
 traduirait
 du latin
 par
 utilité),
 venustas
 (beauté)
 et
 firmitas
 (solidité).
 
Cette
 définition
 classique
 a
 profondément
 marqué
 la
 façon
 de
 voir
 l’Architecture,
 par
 
exemple,
  par
  le
  retour
  au
  classicisme
  antique
  dès
  la
  période
  de
  la
  Renaissance
  en
 
Europe
 et
  par
  le
  témoignage
  des
  édifices
  architecturaux
  qui
  répondent
  à
  ces
  trois
 
principes.
  On
  la
  retrouvera
  au-­‐delà
  de
  l’Europe
  que
  ce
  soit
  dans
  les
  bâtiments
  à
 
l’échelle
  individuelle
  ou
  les
  plans
  de
  grandes
  cités.
  Il
  est
 maintenant
  intéressant
  de
 
confronter
  cette
  notion
  de
  l’Architecture
  à
  celle
  du
  nomadisme.
  Dans
  le
  sens
  où
 
l’Architecture
  comme
  on
  la
  voit
  classiquement,
  renvoie
  à
  la
  notion
  d’ancrage.
  On
 
pourrait
 la
 considérer
 comme
 une
 entité immobile,
 qui
 est
 là,
 avec
 laquelle
 et
 autour
 
de
 laquelle
 on
 vit
 tandis
 que
 l’architecture
 liée
 au
 nomadisme
 reprendrait
 de
 façon
 
plus
  exclusive
  ce
  pourquoi
  elle
  est
  nécessaire
  à
  l’Homme.
  Le
  nomadisme
  pourrait
 
illustrer
 le
 cas
 où
 l’Homme ne
 subit
 pas
 l’Architecture,
 où
 la
 liberté
 de
 déplacement
 
est
 prioritaire.
 Le
 parcours
 et
 l’indépendance
 reprendraient
 le
 dessus.
 Attention,
 cela
 
n’implique
  pas
  que
  les
  concepts
  de
  foyer
  et
  d’intimité
  seraient
  mis
  à
  l’écart,
 
seulement
  ceux-­‐ci  seraient
  affranchis
  du
  caractère
  immuable
  de
  l’architecture.
  On
 
peut
  penser
  à
  l’architecture
  éphémère
  et,
  par
  exemple,
  à
  la
  façon
  dont
  étaient
 
construits
  les
  tipis
  de
  certaines
  tribus
  amérindiennes
  des
  Plaines
  à
  l’époque
 précolombienne.
  La
  structure
  du
  tipi
  est
  composée
  de
  grandes
  perches
  de
  bois
 
collectées
  sur
  place
  que
  l’on
  venait
  planter
  dans
  le
  sol
  et
  assembler,
  notamment
  à
 
l’aide
 de
 cordages.
 
 

 
Cette
  idée
  de
  construire
  de
  ses
  mains
 et
  avec
  ce
  dont
  on
  dispose
  (moyens
 
sommes
  toutes
  rudimentaires),
  pourrait
  rejoindre
  cette
  notion
  du
  travail
  et
  de
  la
 
technique
  en
  philosophie.
  En
  effet,
  on
  pourrait
  avancer
  ici
  l’idée
  que
  du
  point
  de
  vue
 
 
strictement
 biologique
  le
  travail
  permet
  à
  l’Homme
  de
  subvenir
  à
  ses
  besoins
  vitaux.
 
Mais
 plus
 encore,
 le
 travail,
 en
 se
 diversifiant
 et
 en
 s’organisant,
 est
 précisément
 ce
 
qui
  va
  éloigner
  l’Homme
  de
  ses
  nécessités
  vitales
  du
  fait
  que
 ...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Nomadisme
  • Le Nomadisme
  • Nomadisme
  • Nomadisme
  • Le nomadisme dans le survenant
  • Caravane et nomadisme
  • le bonheur dans le nomadisme
  • Le survenant et le nomadisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !