Opposition entre machiavel et descartes

1264 mots 6 pages
Commentaire critique
Sujet 2

La constante évolution de la technologie et des sciences, ainsi que la vitesse démesurée à laquelle celles-ci se développent sont une caractéristique importante de la société moderne. Certains énoncent que les nouvelles inventions augmentent grandement notre qualité de vie, alors que d’autres ont des réserves sur ce fait, stipulant que ces découvertes technologiques créent de nouveaux besoins. De grands philosophes ont abordé ce sujet et ont tenu des propos diamétralement opposés. Par exemple, René Descartes se situe du côté de ceux en faveur du développement de la science, alors que Jean-Jacques Rousseau ne croit pas aux bienfaits imminents de la technologie. Une première analyse consistera à l’étude de la position qu’à Descartes sur ce sujet, une seconde portera sur le point de vue de Rousseau et une dernière étude fera part de ma position quant à ce thème.

Tout d’abord, René Descartes a vécu de 1596 à 1650, soit vers la fin de la Renaissance. Le contexte historique de ces années peut permettre d’expliquer et de mieux comprendre les positions de ce philosophe. En effet, ces années correspondent aux premiers balbutiements de l’ère des révolutions, époque où la science et la technologie commencent à prendre l’importance que l’on leur réserve aujourd’hui. Les connaissances au niveau des sciences étaient extrêmement limitées. Dans la médecine par exemple, il était interdit par l’Église de faire des dissections, ce qui limitait le traitement des maladies. C’est dans cette époque que se situe Descartes. On peut comprendre son désarroi face à la science, et son désir de trouver une méthode efficace dans le but d’accroître nos connaissances. Descartes possédait une immense soif de connaissances, qu’il désirait employées dans le but d’augmenter notre qualité de vie et de devenir les « maîtres et possesseurs de la Nature[1] ». Ainsi, dans la sixième partie du Discours de la méthode, il évoque les raisons qui le poussent sans cesse à

en relation

  • Rousseau: quelques explications de textes du Second Discours
    996 mots | 4 pages
  • Dissertation vouloir le mal
    3136 mots | 13 pages
  • Philosophie
    2885 mots | 12 pages
  • Qu'est ce qu'être moderne ?
    3713 mots | 15 pages
  • Cours politique ecs1
    6630 mots | 27 pages
  • Les combats des lumières – l’idée de progrès –
    1290 mots | 6 pages
  • VOLTAIRE
    3031 mots | 13 pages
  • La conscience
    2382 mots | 10 pages
  • Reperes philosophiques
    10704 mots | 43 pages
  • Consient
    2951 mots | 12 pages