Peut on parler d'un déclin des classes ouvrière en france?

Pages: 6 (1377 mots) Publié le: 3 mai 2011
En France, entre 1970 et 2000, le taux de chômage et le nombre d’emplois précaires augmentent respectivement de 9 et 6,5 points.
Notamment de par ce constat et sachant que les classes populaires représentent un groupe social dominé au plan professionnel et statutaire, pouvons-nous affirmer que le concept de classe populaire est obsolète, dépassé, pour rendre compte de la réalité sociale enFrance contemporaine ?
Nous mènerons cette étude en montrant premièrement les mesures dans lesquelles il est possible de parler d’un déclin des classes populaires en France, puis, dans une seconde partie, pourquoi cette observation demeure très mitigée…

Comme l’affirme Marx, nous pouvons dire que la classe ouvrière (appelées classes populaires par L. Chauvel) sont en déclin puisqu’elles onttendance à se diluer dans une vaste classe moyenne, et ce, pour diverses raisons.
Nous observons la conséquence du phénomène de moyennisation, étudié surtout par le sociologue Mendras, qui s’appuie sur deux idées fondamentales : tout d’abord, cette moyennisation apportée par la tertiarisation, la consommation et culture de masse, ainsi que la démocratisation de l’enseignement ont fortement contribuéau fait que les individus accèdent quasiment aux mêmes choses ; ainsi, les clivages et distinctions de classes, à la fois en terme de revenus, de consommation et de culture se sont sensiblement réduits. Par conséquent, un « groupe central » attiré et soumis au même mode de vie et de culture apparaît, où certes des différences subsistent, mais ne fonctionnent plus comme des marqueurs identitaireset culturels aussi forts. La deuxième idée forte du phénomène de moyennisation est que précisément, les classes moyennes, fortes d’un capital culturel et d’un certain niveau de vie, de leur importance et de leur place dans la société, contribuent à « moyenniser » la société et à donner le ton.
Cette moyennisation est donc une des raisons de l’atténuation des disparités socio-économiques enFrance : ainsi, nous observons une diminution de 21,4% entre le rapport interdécile des salaires nets de 1970 et celui de 2000. Il en est de même pour le taux de pauvreté qui diminue de plus de 8 points en 30 ans.
De plus, la moyennisation de l’enseignement a permis une très importante augmentation du nombre de bacheliers, notamment celle de la proportion de bacheliers dans une génération, qui passede 20,1% en 1970 à 62,8% en 2000 soit une hausse de 42,7 points !
Cette augmentation du nombre de bacheliers a entraîné un phénomène d’ascension sociale remarquable. En effet, alors qu’entre 1982 et 1999, le nombre de postes d’ouvriers non qualifiés chute de près d’un million, celui des employés non qualifiés s’accroît parallèlement de plus d’un million ! Aussi, la classe ouvrière, qui, en 1962représentait 39,1%, soit la majorité de la population active en France, perd de son importance en 2002 puisqu’elle n’y représente plus que 26,6%, tandis que la proportion des employés dans la population active qui ne représentait que 18,5% en 1962, passe à 29,8% en 2002, soit une augmentation de 11,3 points.
Cette perte d’importance de la classe ouvrière est d’autant plus amplifiée par le fait queleurs mouvements syndicalistes comptent de moins en moins d’adhérents, et encore moins de militants, ce qui montre bien que les ouvriers luttent de moins en moins pour leur cause. Voilà pourquoi, pour les ouvriers, qui avaient le sentiment d’appartenir à la classe ouvrière en 1988, ont aujourd’hui le sentiment d’appartenir à une classe supérieure.
Enfin, au vue de l’actualité qui ne cesse denous rappeler les innombrables fermetures de mines et d’usines, qui constituaient l’ « emploi héréditaire » (dans une mine du Nord par exemple, dès 12 ans, un enfant de mineur savait qu’il était inexorablement voué à la mine lui aussi « Si on était pas mineur, on n’était pas un enfant du pays ! » et que cela était un honneur pour lui), les individus sensés suivre le modèle de leurs parents s’ont...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on parler d'une classe ouvrière en france?
  • Peut-on parler d'un déclin des conflits du travail en france?
  • Peut on parler d'un retour de classes en france
  • Peut-on parler d'une classe ouvrière
  • Peut-on encore parler de classe ouvrière
  • Peut-on parler d’un declin de la paysannerie ?
  • Peut on parler d'un déclin des pgd?
  • Peut on dire qu'il y a un déclin de la classe ouvrière ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !