Peut on penser sans préjuger

Pages: 7 (1520 mots) Publié le: 14 novembre 2012
Toutes les cultures, aussi différentes qu’elles puissent être les unes des autres, ont au moins un point commun : elles sont imprégnées des préjugés qui les définissent et qui régissent la pensée au sein de chaque communauté dont les esprits sont baignés dès la naissance. Pourtant, il est évident que tout préjugé n’est pas invariablement vrai. Qui n’a jamais eu l’expérience de voir la lumière sefaire sur une pensée commune qui n’était en réalité qu’un leurre ? Leur origine étant souvent indistincte, on aurait bien raison de douter de la véracité de l’information. Notre éducation et nos perceptions ont gravées au plus profond de nous même mille et un préjugés à travers les traditions, l’Histoire et les croyances… Cette omniprésence nous pousse à se poser la question suivante : peut-onpenser sans préjugé ? « Penser » peut avoir deux sens généraux : juger et croire. Ces deux termes sont pourtant opposés si l’on entend par « juger » l’acte de donner une valeur à quelque chose après l’avoir personnellement éprouvée et avoir fait usage de sa raison, et par « croire » le fait de tenir pour vrai quelque chose dont on n’est pas certain. Dans le premier cas le sujet est actif, son opinionprévaut sur les idées reçues et l’esprit critique est mis en action ; dans l’autre cas, le sujet est passif, sa pensée est guidée par les idées communes, il arrête ses « jugements » en fonction des croyances générales. Le terme de « préjugé » est employé pour parler d’une « idée reçue » ou en d’autres termes d’ « une opinion admise sans jugement ni raisonnement ». Les préjugés sont-ils unobstacle ou un outil pour la pensée ? Pour y répondre, nous verrons dans un premier temps en quoi le préjugé peut faire obstacle à la pensée, nous expliquerons ensuite de quelle façon il peut aussi la servir.



Si l’on considère un préjugé comme vrai sans l’avoir mis à l’épreuve de son propre jugement, la réflexion personnelle n’est pas engagée. Lorsqu’on observe la course quotidienne du Soleil, oninduit en toute logique qu’il tourne autour de la Terre. Pourtant, successivement, Copernic, Galilée et Descartes ont entrepris des recherches qui les poussent à contredire cette idée reçue géo centriste qui s’impose à l’esprit : ils démontrent la thèse hélio centriste qui s’y oppose totalement et qui remet en cause les idées d’Aristote que soutient l’Eglise. Jusqu’au XVIIIe siècle, la thèsehélio centriste est aberrante et considérée comme antireligieuse, Galilée est contraint d’abjurer ses thèses et Descartes se réfugie en Hollande… « Et pourtant elle (la terre) tourne. » disait Galilée devant le Saint-Office. Ce principe est aujourd’hui scientifiquement validé ; les perceptions mises en action autour de ce phénomène étaient trompeuses et ne pouvaient être que telles à travers l’œilhumain. La remise en cause de ce préjugé malgré son apparente évidence a permis à quelques hommes puis au monde de découvrir une autre vérité. Les préjugés peuvent nous faire tomber dans des pièges où la pensée singulière et personnelle n’est plus utilisée, celui-ci a duré environ 14 siècles. Descartes va plus loin en affirmant que les connaissances de base sont elles-mêmes douteuses et que tout cequi suit est donc incertain. Selon lui, les acquis comportent des erreurs, tout principe dont on doute mériterait alors d’être remis en question.

Il y a un danger pour la pensée dans ce que les préjugés sont un confort pour l’esprit. L’effort intellectuel requis pour vérifier la véracité d’une idée commune est mis de côté et d’une certaine manière « remplacé » par cette idée déjà conçue pard’autres et possiblement fausse. Il est plus reposant d’assimiler un « savoir dogmatique » ou un préjugé sans se poser de question que de ne considérer seulement ce que nous avons testé et approuvé par soi même comme exact. La passivité de la pensée peut conduire à un état de faiblesse, un « état de minorité » dit Kant, où un petit groupe dirige la majorité et pense pour eux. Des « mineurs » peuvent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on penser sans préjugés
  • Peut-on penser sans préjuger ?
  • Peut on penser sans préjugés
  • Peut-on penser sans préjugés
  • Peut-on penser sans préjuger
  • Peut on penser sans préjugés
  • Peut on penser sans préjugés
  • Peut on penser sans prejuger

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !