Philo

419 mots 2 pages
Le conflit est-il toujours aux fondements de nos relations avec autrui ?

La vie quotidienne oblige les hommes à avoir des relations entre eux, à échanger et à communiquer. Il arrive alors que les sentiments ou les opinions s’opposent et que des conflits naissent.
On peut donc se demander si les rapports sont nécessairement conflictuels et si le conflit est la base de toute relation sociale que l’être humain est susceptible d’avoir avec son prochain ?

De nombreuses relations sont basées sur des conflits, tant au niveau international (ou inter nation) qu’au niveau individuel.
Au niveau international les conflits sont nombreux. Pour faire accepter leur vision des choses au monde entier ou encore pour faire valoir leurs valeurs plutôt que celles du pays voisin les gouvernements n’hésitent pas à entrer en conflit avec les autres. Ici il s’agit du mot conflit au sens politique qui peut entrainer des luttes armées entre plusieurs états. Dans ces situations là, c’est bien le conflit qui est à la base de la relation. Si il n’y avait pas eu de désaccord, d’opposition d’opinions il n’y aurait peut être pas eu de relation entre les états.
Au niveau individuel on peut prendre l’exemple du débat. Lors d’un débat les individus sont amenés à exprimer leurs idées, leurs opinions et à réagir à celles des autres personnes présentes. Dans cette situation c’est l’existence d’une divergence d’idée qui entraine les personnes à se regrouper et à communiquer. La relation entre les personnes présentes au débat naît de la différence de leurs idées et donc d’un conflit.

Mais toutes les relations ne sont pas conflictuelles, ou si elles finissent par le devenir ne naissent pas d’un conflit.
Dans la vie de tous les jours les relations entre individus sont des relations liées à la sympathie. Une relation peut apparaître entre deux ou plusieurs individus car ils apprécient faire la même chose ou car ils sont d’accord sur un sujet ou encore car il passe du temps ensemble au

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages