Pierre boudrieu

745 mots 3 pages
Chapitre I : Espace social et espace symbolique Pierre Bourdieu refuse la sociologie ou l’ethnologie comme recherche de particularismes, de marques d’exotismes et propose de découvrir l’invariant, la structure dans les différences. Appliquer à un pays la grille de lecture issue d’un autre pays est pour lui plus respectueux de la réalité que la recherche de différences qui, en posant la population d’origine du chercheur comme modèle ou référence, porte en elle des germes de racisme. Il critique plus loin cette vision substantialiste. Dans ce chapitre, P. Bourdieu reprend le modèle développé dans La Distinction (1994) au sujet du cas français. Le réel et le relationnel P. Bourdieu s’attache, dans un premier temps, à mettre en garde contre le mode de pensée substantialiste, qui traite les caractéristiques d’un moment comme des propriétés substantielles inscrites dans une essence biologique et/ou culturelle, qui considère chaque pratique en elle-même et pour elle-même, sans relation avec les autres pratiques. La conséquence de ce mode de pensée est la remise en cause permanente du modèle et l’incapacité à dégager des invariants. Selon l’auteur, à un moment de la société, on peut observer une relation entre l’espace social et l’espace des pratiques et objets. C’est-à-dire, qu’à un moment donné, certaines pratiques ne seront observées quasiment que chez certains individus. Le modèle proposé par Pierre Bourdieu tente d’analyser ce "rapport entre les positions sociales (concept relationnel), les dispositions (ou les habitus) et les prises de position, les choix que les agents sociaux opèrent". Les positions sociales ne renvoient pas à une notion de lieu, de situation stable mais aux notions de distance et de proximité sociales, au sens de la probabilité de se rencontrer et de s’apprécier. La notion de disposition ou d’habitus méritent de plus amples explications. Selon Pierre Bourdieu : "L’habitus est ce principe générateur et unificateur qui retraduit les caractéristiques

en relation

  • Th ories de la r ception Cours
    33618 mots | 135 pages