Pistes de créativité

14758 mots 60 pages
PISTES D'ENRICHISSEMENT —

Le toucher

Le toucher est le parent pauvre des sens. En effet, nous jugeons que la vue et l'oule jouent dans le développement un réle beaucoup plus important que le sien. Pourtant, le toucher est indispensable : il nous permet de nous orienter dans notre milieu et c'est un facteur essentiel de l'attachement. Dans un livre intitulé La peau et le toucher : un premier lan- gage, Ashley Montagu a traité de tous les aspects du toucher, allant méme jusqu'a associer la privation tactile A certains troubles mentaux. Les renseigne- ments qui suivent sont tirés de l'ouvrage de Montagu.

Les écrivains ont fait I'éloge du toucher bien avant que les psychologues ne s'y intéressent. La langue regorge de locutions qui attestent l'impor- tance du toucher : « sensibilité 4 fleur de peau »,
« étre bien dans sa peau», « Sauver Sa peau»,
« pierre de touche », « avoir du tact
…afficher plus de contenu…

« Faire plus de la même chose, la même chose moins chère, mieux de la même chose mais c’est toujours la même chose ». 10 DE BRABANDERE, Luc. Les 10 paradoxes de la créativité. Conférence donnée à l’USI le L’innovation peut n’être qu’une variante d’un produit existant. (Voir la différence avec l’inventivité ci-dessous). Exemples : 2.4. Créativité en tant que création d’idées ou inventivité « Le mot « créativité » dans l’expression « création d’idées » désigne l’aptitude à inventer des solutions nouvelles, appelées « idées », en réponse à un problème posé » 11 Ibid., p. 11. . Ce cours de psychologie traite principalement de l’inventivité. L’expression imaginaire et la création artistique se travaillent dans les cours d’atelier, notamment. Pour éviter les quiproquos : dans ce cours, nous parlerons parfois indifféremment de créativité et d’inventivité mais c’est bien l’inventivité que nous viserons. En effet, beaucoup d’auteurs et chercheurs sur le thème de la créativité ne font ou ne faisaient pas les distinctions que nous venons de faire. Attention aussi que nous parlons bien d’inventivité et non d’invention . Ce qui nous importe est le processus mental, pas le résultat. Nous n’entrons pas dans les brevets, petits brevets (protégeant une invention technique industrielle). Les idées doivent être originales et adaptées à l’objectif à atteindre, à savoir pertinentes. On parlera d’inventivité 12 Voir un peu plus loin. quand c’est l’idée (originale et pertinente) qui fait évoluer la situation. Par exemple, dans le cas de Bic, qui « saute » du stylo au rasoir. Notez qu’on peut être innovant sans être inventif (plagiat, variante d’un produit par ex.) et inventif sans être innovant (idée nouvelle et pertinente mais qui ne se matérialise pas concrètement dans un produit ou autre). Inventivité = originalité + pertinence 3. L’originalité : faire apparaître quelque chose qui n’existait pas. L’inventivité est liée à l'originalité. Bien sûr, ce qui n’est pas neuf (répétition) n’est pas considéré comme créatif/inventif. Ce qui est connu du grand public n’est pas nouveau. Ce qui est évident n’est pas nouveau. Une nouvelle combinaison, une nouvelle utilisation, c’est du nouveau.3.1. Le plagiat Le plagiat 13 UCL, « Qu’est-ce que le plagiat ? » dans Enseignement et Formation , 12 novembre 2014, consulté le 23 août 2016, http://wwwuclouvain.be/99514 Attention ! Ce point 3.1. sur le plagiat est très important : à partir de maintenant vous êtes au courant de la définition du plagiat et de son interdiction. Le règlement des études de l’ESA prévoit de lourdes sanctions (échec partiel ou total, exclusion de l’école, etc.). L’ESA vient d’acheter le logiciel de recherche de plagiat : Compilatio. consiste à prétendre être l’auteur d’une œuvre en réalité copiée . C’est le fait de copier le texte, l’image, l’idée, la pensée originale, le raisonnement, la création d’un autre sans en mentionner la source. Le plagiat peut être volontaire ou le fruit de négligence. Dans les deux cas, le plagiaire est responsable et fautif. Le plagiat (prétendre être l’auteur d’une œuvre en réalité copiée) se distingue de la contrefaçon (prétendre qu’un produit copié est l’œuvre d’un auteur original). Le plagiat, c’est du recopiage, le démarquage , c’est faire de légères modifications pour brouiller les pistes, en cachant le véritable auteur. Exemple : Plagiat : Le design peut être un outil de prospective et d’innovation, qui accompagne l’entreprise dans son développement. Citation : « Le design peut être un outil de prospective et d’innovation, qui accompagne l’entreprise dans son développement » 14 Agence pour la Promotion de la Création Industrielle. Du projet à la stratégie de design-innovation (en ligne),2012, consulté le 29.01.21. Disponible sur https://archive.apci-design.fr/magazine/categorie/du-projet-a-la-strategie-design-innovation.html . Démarquage = Le design est souvent un outil d’innovation et de prospective et accompagne le développement de l’entreprise. Rédaction personnelle et qui témoigne d’une réelle appropriation : Une entreprise, peu importe sa taille, se préoccupe toujours de son développement. Dans ce cadre, elle a besoin de plus d’innovation, notamment grâce à la prospective. Elle trouvera dans le design des ressources inégalées pour atteindre ces objectifs… 15 Agence pour la Promotion de la Création Industrielle. Du projet à la stratégie de design-innovation (en ligne),2012, consulté le 29.01.21. Disponible sur https://archive.apci-design.fr/magazine/categorie/du-projet-a-la-strategie-design-innovation.html Dans un travail personnel, quel qu’il soit, relevant tant des cours théoriques, techniques ou pratiques, toutes les sources d’information doivent être mentionnées. Pour un travail rédigé, les notes de bas de page doivent être suffisamment présentes : trop peu de notes de bas de page est signe de plagiat…ou d’un cruel manque de recherches. Pour les images et photos, de même, l’auteur/ le propriétaire doit être mentionné. Toutes les informations collectées, les idées et les connaissances qui ne sont pas de vousdoivent être suivies d'un numéro (appel de note) renvoyant à une note de bas de page citant la référence de l'ouvrage ou de l'article, de la source électronique, de la personne interviewée, de l’image…, que vous avez utilisé(s). Il est donc normal, dans une analyse ou un dossier de recherches, d'avoir souvent plusieurs notes en bas de page. Et il est obligatoire d’avoir une bibliographie. De plus, les citations proprement dites (copié-collé) doivent être entourées de guillemets et renvoyer à une note de bas de page qui renseigne la source. Au sujet de la signalétique (manière de référencer les sources), ce sont les normes ISO de la bibliographie qui doivent être respectées. En gros, doivent se trouver dans la note de bas de page : l’identité de l’auteur (en premier), le titre de la source (livre, article, photo, etc.), la maison d’édition ou le magazine ou l’adresse URL, ainsi que la date de parution. « DANS QUEL CAS Y A-T-IL PLAGIAT ?Plus concrètement : dès que vous utilisez des informations (texte, graphique, dessin, image, analyse, raisonnement, développement d’une idée, etc) provenant du travail de quelqu’un d’autre, que ces informations soient copiées d’un livre, d’un article, du contenu d’une page web ou autre, il y a plagiat si :-vous ne citez pas correctement son auteur original (ainsi que les références du texte et/ou source où vous avez repris ces informations) ;-et si vous n’utilisez pas les guillemets ou toute autre forme d’identification explicite qui permette de distinguer vos idées personnelles de celles que vous avez reprises ailleurs.Par ailleurs, il peut également y avoir plagiat si vous reprenez vos propres idées, résultats et écrits déjà exprimées dans un autre travail (délivré à un autre prof et/ou publié) sans le citer explicitement (en notes de bas de page, en bibliographie, ou autre). Là il s’agit plutôt d’un problème d’intégrité scientifique et d’honnêteté intellectuelle vis-à-vis de vos lecteurs (ainsi que du non-respect des droits d’un éventuel éditeur qui s’attend à ce que votre publication soit « originale » et/ou de votre bailleur de fonds ou donneur d’ordre qui ne vous paie pas pour que réécriviez toujours la même chose).En vertu de la loi belge du 30/06/1994 relative au droit d’auteur et aux droits voisins), le droit d’auteur protège également toute création originale/« œuvre de l’esprit » qui témoigne de la personnalité de son créateur, pendant toute sa vie et pendant 70 ans après sa mort (ou la mort du dernier des co-auteurs en cas d’œuvre de collaboration). En principe, une œuvre ne peut être utilisée qu’avec l’autorisation de son créateur/auteur, néanmoins l’« exception de citation » vous autorise à citer des extraits d’œuvres protégées moyennant la mention explicite de vos sources , surtout si votre travail est rendu public (article/travail sur libre accès sur internet, publication scientifique, thèse défendue publiquement, etc). » 16 Université de Namur. Plagiat : dans quel cas y a-t-il plagiat ? In Université de Namur (en ligne). s.d. (Consulté le 29.01.21). Disponible sur namur.be/plagiat/dans-quel-cas-y-a-t-il-plagiat (…) (Université de Namur) 4. La pertinence et le rôle crucial du « succès » Créer, c’est faire apparaître quelque chose qui n’existait pas (originalité) mais … pas n’importe quoi ! 17 Csikszentmihalyi, M., La créativité : Psychologie de la découverte et de l’invention , Paris, Laffont, 1996, pp 27-54. La créativité en tant qu’inventivité est aussi liée à un certain « succès », une sorte de « reconnaissance », d’« utilité », bref utilisons le terme plus englobant de « pertinence ». C'est le critère de pertinence qui fait la différence entre inventivité/créativité et imagination. Car quand je crée un désordre, même s’il n’existait pas, je ne peux pas dire que c’est « créatif ». Cela veut dire aussi qu’il y a des créations incomprises : « La créativité ne naît pas d’un cerveau, mais d’une interaction entre des idées et un contexte culturel » 18 Csikszentmihalyi, M., op. cit ., p. 27. . Ex. Original, pertinent, inventif ?Notez les éléments seulement originaux (O), seulement pertinents (P), inventifs (I), ni l’un ni l’autre (N).Un GSM qui permet de mesurer le taux d’alcoolémieUn Pampers qui change de couleur quand il est sale (à l’extérieur !)Un déboucheur ventouse (caoutchouc rouge) vert à petits poids bleusUn cactus classeur de courrier urgent (Lagaffe)Des affiches publicitaires pour des produits bio sur les arbres d’une forêtUn GSM/porte-clésUn GSM miroirUn GSM couteau suisseUn parapluie solarium pour avoir toujours du soleil (Lagaffe)Un bureau à hauteur variable pour pouvoir travailler sur son ordi, debout Un écran pour le pare-brise arrière, qui permette d’afficher des messages adressés aux conducteurs qui sont derrière vous. Une publicité musicale dans un magazine (support papier)Des glaces aux goûts de légumes (tomates, carottes, etc.) ou de viandes. Des cornets de fruits frais en forme de fritesUne toilette (cuvette) adaptée aux chiens et chats Une application qui vous rappelle vos tâches et rendez-vous juste au bon momentPertinence en AI et DIDébat sur la notion de pertinence ? Notamment sur l’art contemporain. Remember Souvenir, un journal intime géant et en noir et blancFig.1. Remember souvenir ©Denis Meyers, 2015.Fig.2. Perception ©Diego Verbeeck, 2009.L’inventivité comme questionnementL’inventivité renvoie à une réponse originale et pertinente à un type de problème. Mais la créativité et l’inventivité s’expriment aussi dans le questionnement : poser des questions nouvelles et pertinentes19 D’ailleurs, vous serez amenés à définir une question originale et pertinente lors de votre mémoire de fin d’études (1er et 2e masters). . L’indispensable expertise et la sérendipité La sérendipité est la découverte par accident . Cela vise aussi la disposition à accueillir l’accident en tant que possible découverte . Exemples 20 WATIN-AUGOUARD, Histoires de marques , Éditions d’Organisation & TM.Ride, Paris, 2001. Quelques domaines gagnants Comment guider la recherche vers une idée pertinente ? Il y a des indicateurs de toutes sortes, des domaines « toujours gagnants », dans lesquels se trouvent des informations très prisées actuellement. En voici quelques-uns : les besoins, la sensation, les émotions. 7.1. Les besoins : la pyramide des besoins La théorie de Maslow 21 La théorie de Maslow date du milieu du 20e siècle mais elle est encore utilisée et adaptée dans différents domaines actuellement. repose sur l'idée que nous éprouvons tous de nombreux besoins. Ils sont en concurrence et certains sont plus forts que d’autres. On cherche d'abord à satisfaire les besoins les plus forts. Selon Maslow, les besoins sont satisfaits les uns après les autres, en suivant l’ordre de cette pyramide. La hiérarchie des besoins Besoins liés à l'actualisation de soi 22 HUFFMAN, K.; VERNOY, J.; VERNOY, M., Psychologie en direct , Mont-Royal, Modulo, 2000, p.308. : s'accomplir, réaliser son plein potentiel, s’entourer de beau, créer Besoins liés à l'estime de soi: se réaliser, acquérir de la compétence, obtenir l'approbation des autres et exceller.Besoins liés à l'appartenance et à l'amour: se lier aux autres, être accepté, donner et recevoir de l'attention.Besoins de sécurité: se sentir en sûreté, chercher le plaisir et éviter la souffrance.Besoins strictement physiologiques: la faim, la soif, se protéger du froid et entretenir son organisme.7.2. La sensation : un trésor à découvrirLes différents sensUn commentaire sur les sens (+ sens internes)La préférence pour la vue et l’ouïeNB : ouïe = nuisance du bruitLes sens négligés Un commentaire sur ces sens et sur leur nécessité. Le toucher L’expérience de Harlow et la théorie de l’attachement 23 Danet, M. ; Gratier, M.; Miljkovitcht. Les interactions précoces : dialectique de l'attachement et de l'exploration. In Lemelin, J-P ; Provost, J.-P., Tarabulsy, G-M et alii. Le développement social et émotionnel chez l’enfant …afficher plus de contenu…

En gros, doivent se trouver dans la note de bas de page : l’identité de l’auteur (en premier), le titre de la source (livre, article, photo, etc.), la maison d’édition ou le magazine ou l’adresse URL, ainsi que la date de parution. « DANS QUEL CAS Y A-T-IL PLAGIAT ?Plus concrètement : dès que vous utilisez des informations (texte, graphique, dessin, image, analyse, raisonnement, développement d’une idée, etc) provenant du travail de quelqu’un d’autre, que ces informations soient copiées d’un livre, d’un article, du contenu d’une page web ou autre, il y a plagiat si :-vous ne citez pas correctement son auteur original (ainsi que les références du texte et/ou source où vous avez repris ces informations) ;-et si vous n’utilisez pas les guillemets ou toute autre forme d’identification explicite qui permette de distinguer vos idées personnelles de celles que vous avez reprises ailleurs.Par ailleurs, il peut également y avoir plagiat si vous reprenez vos propres idées, résultats et écrits déjà exprimées dans un autre travail (délivré à un autre prof et/ou publié) sans le citer explicitement (en notes de bas de page, en bibliographie, ou autre). Là il s’agit plutôt d’un problème d’intégrité scientifique et d’honnêteté intellectuelle vis-à-vis de vos lecteurs (ainsi que du non-respect des droits d’un éventuel éditeur qui s’attend à ce que votre publication soit « originale » et/ou de votre bailleur de fonds ou donneur d’ordre qui ne vous paie pas pour que réécriviez toujours la même chose).En vertu de la loi belge du 30/06/1994 relative au droit d’auteur et aux droits voisins), le droit d’auteur protège également toute création originale/« œuvre de l’esprit » qui témoigne de la personnalité de son créateur, pendant toute sa vie et pendant 70 ans après sa mort (ou la mort du dernier des co-auteurs en cas d’œuvre de collaboration). En principe, une œuvre ne peut être utilisée qu’avec l’autorisation de son créateur/auteur, néanmoins l’« exception de citation » vous autorise à citer des extraits d’œuvres protégées moyennant la mention explicite de vos sources , surtout si votre travail est rendu public (article/travail sur libre accès sur internet, publication scientifique, thèse défendue publiquement, etc). » 16 Université de Namur. Plagiat : dans quel cas y a-t-il plagiat ? In Université de Namur (en ligne). s.d. (Consulté le 29.01.21). Disponible sur namur.be/plagiat/dans-quel-cas-y-a-t-il-plagiat (…) (Université de Namur) 4. La pertinence et le rôle crucial du « succès » Créer, c’est faire apparaître quelque chose qui n’existait pas (originalité) mais … pas n’importe quoi ! 17 Csikszentmihalyi, M., La créativité : Psychologie de la découverte et de l’invention , Paris, Laffont, 1996, pp 27-54. La créativité en tant qu’inventivité est aussi liée à un certain « succès », une sorte de « reconnaissance », d’« utilité », bref utilisons le terme plus englobant de « pertinence ». C'est le critère de pertinence qui fait la différence entre inventivité/créativité et imagination. Car quand je crée un désordre, même s’il n’existait pas, je ne peux pas dire que c’est « créatif ». Cela veut dire aussi qu’il y a des créations incomprises : « La créativité ne naît pas d’un cerveau, mais d’une interaction entre des idées et un contexte culturel » 18 Csikszentmihalyi, M., op. cit ., p. 27. . Ex. Original, pertinent, inventif ?Notez les éléments seulement originaux (O), seulement pertinents (P), inventifs (I), ni l’un ni l’autre (N).Un GSM qui permet de mesurer le taux d’alcoolémieUn Pampers qui change de couleur quand il est sale (à l’extérieur !)Un déboucheur ventouse (caoutchouc rouge) vert à petits poids bleusUn cactus classeur de courrier urgent (Lagaffe)Des affiches publicitaires pour des produits bio sur les arbres d’une forêtUn GSM/porte-clésUn GSM miroirUn GSM couteau suisseUn parapluie solarium pour avoir toujours du soleil (Lagaffe)Un bureau à hauteur variable pour pouvoir travailler sur son ordi, debout Un écran pour le pare-brise arrière, qui permette d’afficher des messages adressés aux conducteurs qui sont derrière vous. Une publicité musicale dans un magazine (support papier)Des glaces aux goûts de légumes (tomates, carottes, etc.) ou de viandes. Des cornets de fruits frais en forme de fritesUne toilette (cuvette) adaptée aux chiens et chats Une application qui vous rappelle vos tâches et rendez-vous juste au bon momentPertinence en AI et DIDébat sur la notion de pertinence ? Notamment sur l’art contemporain. Remember Souvenir, un journal intime géant et en noir et blancFig.1. Remember souvenir ©Denis Meyers, 2015.Fig.2. Perception ©Diego Verbeeck, 2009.L’inventivité comme questionnementL’inventivité renvoie à une réponse originale et pertinente à un type de problème. Mais la créativité et l’inventivité s’expriment aussi dans le questionnement : poser des questions nouvelles et pertinentes19 D’ailleurs, vous serez amenés à définir une question originale et pertinente lors de votre mémoire de fin d’études (1er et 2e masters). . L’indispensable expertise et la sérendipité La sérendipité est la découverte par accident . Cela vise aussi la disposition à accueillir l’accident en tant que possible découverte . Exemples 20 WATIN-AUGOUARD, Histoires de marques , Éditions d’Organisation & TM.Ride, Paris, 2001. Quelques domaines gagnants Comment guider la recherche vers une idée pertinente ? Il y a des indicateurs de toutes sortes, des domaines « toujours gagnants », dans lesquels se trouvent des informations très prisées actuellement. En voici quelques-uns : les besoins, la sensation, les émotions. 7.1. Les besoins : la pyramide des besoins La théorie de Maslow 21 La théorie de Maslow date du milieu du 20e siècle mais elle est encore utilisée et adaptée dans différents domaines actuellement. repose sur l'idée que nous éprouvons tous de nombreux besoins. Ils sont en concurrence et certains sont plus forts que d’autres. On cherche d'abord à satisfaire les besoins les plus forts. Selon Maslow, les besoins sont satisfaits les uns après les autres, en suivant l’ordre de cette pyramide. La hiérarchie des besoins Besoins liés à l'actualisation de soi 22 HUFFMAN, K.; VERNOY, J.; VERNOY, M., Psychologie en direct , Mont-Royal, Modulo, 2000, p.308. : s'accomplir, réaliser son plein potentiel, s’entourer de beau, créer Besoins liés à l'estime de soi: se réaliser, acquérir de la compétence, obtenir l'approbation des autres et exceller.Besoins liés à l'appartenance et à l'amour: se lier aux autres, être accepté, donner et recevoir de l'attention.Besoins de sécurité: se sentir en sûreté, chercher le plaisir et éviter la souffrance.Besoins strictement physiologiques: la faim, la soif, se protéger du froid et entretenir son organisme.7.2. La sensation : un trésor à découvrirLes différents sensUn commentaire sur les sens (+ sens internes)La préférence pour la vue et l’ouïeNB : ouïe = nuisance du bruitLes sens négligés Un commentaire sur ces sens et sur leur nécessité. Le toucher L’expérience de Harlow et la théorie de l’attachement 23 Danet, M. ; Gratier, M.; Miljkovitcht. Les interactions précoces : dialectique de l'attachement et de l'exploration. In Lemelin, J-P ; Provost, J.-P., Tarabulsy, G-M et alii. Le développement social et émotionnel chez l’enfant et l'adolescent (en ligne). Québec. Presses de l'Université du Québec. 2012. pp. 185-228. Consulté le 29.01.21. Disponible sur https://www.researchgate.net/profile/Raphaele_Miljkovitch/publication/292986789_Les_interactions_precoces_dialectique_de_l'attachement_et_de_l'exploration/links/56b46b7a08ae1f8aa4546ec4.pdf . Le but de l’expérience était de comprendre les liens affectifs générés entre des personnes. Des chercheurs (Bowlby notamment) avaient expliqué que la privation de la mère peut entraîner des problèmes de santé physique et mentale et même un piètre développement intellectuel. Harlow a voulu vérifier. Expérience sur les singes (macaques rhésus). Les bébés sont séparés de leur mère et placés dans des cages. Dans les cages, un biberon rempli tenu par un montage en fil de fer et à côté, un montage avec un tissu. Il a remarqué que les bébés macaques choisissent de passer leur temps accroché au tissu au détriment du biberon. Cette expérience se poursuit en comparant les bébés isolés, pendant des mois voire des années, les uns dans des cages sans tissu (juste avec le biberon) et les autres dans cages avec les deux objets (tissu et biberon). La réintégration de ces deux types de macaques dans leur milieu naturel s’est faite différemment. Les premiers n’ont jamais réussi : ils s’automutilaient, ne se liaient pas aux autres, et mourraient. Les femelles, mères forcées, n’avaient aucun intérêt pour leur progéniture. Les deuxièmes, ayant bénéficié de stimuli tactiles (la tissu), avaient un comportement beaucoup plus adapté que les premiers. Voir l’expérience.24 La page qui suit est extraite de : HUFFMAN, K.; VERNOY, J.; VERNOY, M., Psychologie en direct, Mont-Royal, Modulo, 2000. Extrait de : HUFFMAN, K.; VERNOY, J.; VERNOY, M., Psychologie en direct, Mont-Royal, Modulo, 2000, p. 14. « La peau et le toucher : un premier langage » Auteur : Ashley Montagu Editions du Seuil, 1979, 219 pages Ashley Montagu est un anthropologue et humaniste américain (1905-1999). Auteur de nombreux ouvrages, celui-ci est un véritable plaidoyer en faveur du toucher et du contact corps à corps, qu’il juge d’une importance cruciale pour le développement harmonieux de l’être humain. Il s’appuie sur des expériences scientifiques impliquant d’autres mammifères mais aussi des observations chez l’homme, dans différentes cultures. Il explique que la peau est le premier né de nos organes et qu’il s’agit en outre de l’ensemble d’organes le plus important, après le cerveau. D’ailleurs le sens du toucher est le premier à se développer chez l’homme. L’auteur postule que les stimuli tactiles précoces jouent un rôle vital pour le développement du mammifère. Il analyse la pratique du léchage chez les animaux à la naissance de leur progéniture, dont la finalité semble être de “lancer” le fonctionnement général des autres fonctions vitales (génito-urinaires, gastro-intestinales, respiratoires…). Il en conclut que les stimulations tactiles de la mère sont vitales, au sens premier du terme, pour le nouveau-né. Chez l’homme, il suppose que ce “léchage” est en fait remplacé par le travail de l’accouchement (contractions utérines et délivrance). Mais le besoin de contact, de massage, de stimulations tactiles ne s’arrête pas à cette première étape chez le petit homme… qui par nature, naît “inachevé” (il naît au moment où il peut encore passer dans le bassin de sa mère, et non au terme de son développement général qui ne survient que bien plus tard). A partir d’expériences scientifiques (chez les rats notamment) et empiriques, il montre que le contact et le “TLC” (Tenderness Love Care - ou tendresse, amour et soin) sont indispensables à la survie du bébé (plusieurs cas de mortalité infantile pouvant s’expliquer par cette absence de contact, quand de spectaculaires progrès au niveau de la santé de l’individu peuvent s’expliquer par une reprise des contacts tactiles). Il déplore ainsi l’abandon du berceau, et du bercement en règle générale, à partir des années 1900, en vertu de théories béhavioristes et du diktat de l’indépendance ainsi que de la crainte de donner de “mauvaises habitudes” aux bébés… théories répandues par certains pédiatres de l’époque et qui ont été appliquées par des parents désireux de faire au mieux. Il décrit les multiples et fabuleuses capacités de la peau dans la captation des messages, et montre qu’un besoin de toucher plus ou moins satisfait durant l’enfance précoce peut avoir des conséquences à long terme dans notre vie d’adulte (de nos goûts musicaux à nos cheveux, en passant par nos problèmes d’eczéma ou encore d’asthme). Il s’attarde également sur l’importance d’avoir bénéficié de soins maternels satisfaisants pour développer une sexualité équilibrée. Il propose enfin un rapide tour du monde des pratiques du toucher pour tenter d’analyser les conséquences de ces pratiques divergentes sur les hommes adultes. “Le besoin d’une stimulation tactile tendre est un besoin primaire qui doit être satisfait pour que le bébé se développe et devienne un être humain sain et équilibré” p. 123 Ainsi le contact tactile a une importance vitale à tout âge, mais plus particulièrement lors des tout premiers temps de la vie. A noter que pour l’auteur, les vêtements constituent aussi une entrave à ce contact et qu’il préconise un réel peau à peau… »25 La peau et le toucher. In A lire (en ligne). s.d. (consulté le 29.01.21). Disponible sur : https://www.desailesauxmains.be/pdf/A%20lire%20-%20La%20peau%20et%20le%20toucher.pdf Conclusion Le toucher donc est indispensable à la santé (physique et mentale) et au développement intellectuel 26 Montagu, Ashley. La peau et le toucher : un premier langage . Paris : Editions du Seuil, 1979. 219 pages. . L’odoratLe sens qui a plus grande mémoireCapacités en commun avec les animaux ? Toucher et odorat sont des modes de communications instinctifs et spontanés, présents dès la naissance voire avant.La privation sensorielleFig. 3. Caisson de flottaison ou de privation sensorielle© Centre de flottaison de Marseille, 2020 Ce cocon rempli d’une solution de sulfate de magnésium chauffé à 35,5 degrés permet de s’y glisser afin de ne ressentir aucune sensation 27 Godefroid, Jo. Psychologie : Science humaine et science cognitive. Bruxelles ; De Boeck, 2015. Pages (coll. « Ouvertures Psychologiques »). ISBN2804163911 Fig. 3. Caisson de flottaison, Centre de flottaison de Marseille, 2020, www.phaolabouee.fr . La vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher, le goût et même la sensation de pesanteur ne sont activés. Ce caisson a été utilisé dans des expériences scientifiques puis même par des particuliers. Une séance d’une heure de caisson de flottaison augmente la concentration, la mémorisation, la créativité, et permet de se détendre et même d’améliorer sa santé. Il est utilisé à des fins thérapeutiques (fibromyalgie, dépression, angoisses, douleurs...) ou pour augmenter les performances intellectuelles et physiques.Le design sensoriel Le design sensoriel intègre les sens dans la création d’expérience multisensorielle avec un produit 28 Agence pour la Promotion de la Création Industrielle (A.P.C.I.). Faites du design. 2012. Consulté le 20.01.21. Disponible sur https://archive.apci-design.fr/faitesdudesign.html . Il s’occupe donc d’analyser le ressenti/ la perception de l’utilisateur. En effet, le jugement émane du ressenti des cinq sens, conscient ou pas. Outre le bénéfice pour la marque (renforcer l’identité de la marque), il y a notamment un bienfait psychologique.Emergeant dans les années 1990 dans le but de sophistiquer les marques (concurrencées par les supermarchés), le design sensoriel étudie et traite :Les qualités visuelles (couleurs, matières, formes, etc.) L’importance du choix de la couleurLe consommateur perçoit la couleur en premier (puis forme puis mots et chiffres)Chaque couleur évoque qqch qui va faire aimer ou pas le produit Tenir compte de la mode et des symboles Ex: les emballages L’importance du choix des formesÉlément essentiel au design, la forme induit des émotions, des comportements d’achat (voir plus loin symbolique de la forme)Les qualités acoustiquesLe son est la signature, l’identité de certains produits.Exemples→ Les motos: les Harley (le son du moteur est bien spécifique et la marque a même déposé un brevet pour ce bruit).→ Les claviers d’ordinateur, chaque marque ne fait pas le même bruit. Ces bruits ont été étudiés.→ Les claquements de portière de voiture.→ Les aspirateurs, les bruits sont étudiés pour faire le moins de bruit possible. (Dyson)Les qualités tactiles Le toucher peut être sec, caoutchouteux, grainé, froid, glissant, gras, rugueux, doux, etc. Chaque matériau a une signification, induit une qualité perçue et ce, en fonction de l’objet.L’importance du toucher (voir plus haut)Les qualités olfactivesL’odeur comme signature des marques car sens à plus forte mémoireExemples: Produits ménagers avec une odeur d’agrumes (une expérience a été menée comme quoi quand des toilettes ont cette odeur, les utilisateurs vont plus respecter les toilettes, tandis que sans cette odeur, les toilettes seront moins respectées).Les qualités gustativesEn voie de développement. Le design culinaire explore de nouvelles sensations: propose le jeu, le plaisir, la surprise, l’imaginaire etc. dans l’alimentation…Les qualités kinesthésiques (sens du mouvement) et cinématiques (vitesse)Exemples: Les tiroirs (éviter le claquement).7.3. La prospectiveLa prospective est le métier des futurologues29 Voir les ouvrages de Jacques ATTALI. . C’est la rencontre de l’imaginaire et du « réel virtuel. « La prospective doit normalement conjuguer deux types de prévisions : des prévisions basées sur des informations objectives , factuelles, solides (l’évolution démographique, des prévisions économiques, technologiques, etc.) et d’autre part des prévisions basées sur une exploration des tendances sociologiques et des évolutions psychologiques du public considéré » 30 Ibid., p. 27. . Des chercheurs comme Jacques Attali, des centres spécialisés comme le CCA (Centre de Communication Avancée) constituent la cartographie des socio-styles ou annoncent des tendances 31 La suite du point 2.3. se fonde sur l’article de COLLARD, Y., DE THEUX, P., « Éduquer, communiquer: dans quel sens ? Les socio-styles pour toucher le public cible » dans Media Animation 2006-2011, 10 mars 2007, off line, septembre 2014 . . En effet, comprendre les besoins du consommateur , c’est primordial pour ceux qui dépendent des consommateurs, notamment le monde de la publicité. Bernard Cathelat 32 Bernard Cathelat, directeur du Centre de communication avancée (CCA), spécialiste de l’étude des tendances de styles de vie. a mis au point dans les années 1970 une méthode appelée les « socio-styles » pour mieux toucher le public cible. Ces recherches ont pour but d’aider les publicitaires à toucher leur cible, mais elles servent aussi d’autres secteurs. On parle maintenant de «Persona/ae» : pour une meilleure conception centrée sur l’utilisateur, c’est une personne fictive.Cartographie de 2008 « - Être soi, ou l’électron libre : 28 % des Français insaisissables, ils jouent les caméléons en découpant leur vie en tranches et en cachant leur vraie personnalité. Dans certains cas, ils prendront le produit minimum, dans d’autres, où ils se sentent motivés, ils opteront pour le haut de gamme. - Profiter, ou la résistance matérialiste : 23 % Ils ne souhaitent pas s’adapter, mais s’enferment pour se défendre et veulent profiter de chaque plaisir quotidien , de façon matérialiste. C’est un groupe porteur pour la consommation, en particulier pour ce qui concerne le foyer. - Exister, ou la « médiamorphose » : 21 % Face à une vie qui n’a pas de sens, il faut être star ou rien, dans la lignée de la téléréalité. Pas très riches, ce sont des jeunes , mais ils vont vieillir. Impulsifs et infidèles, ils aiment les produits qui se voient et ont une consommation ostentatoire . - Etre

en relation

  • Petites indications note de r
    1837 mots | 8 pages
  • Méthodologie de l'atelier de création d'entreprise
    858 mots | 4 pages
  • Histoire des arts
    8130 mots | 33 pages
  • F1 - assistant de manager - chapitre 22 animer une réunion
    4454 mots | 18 pages
  • L'innovation
    4715 mots | 19 pages
  • La créativité et l'intelligence qui s'amuse.
    545 mots | 3 pages
  • rapport de compétence
    877 mots | 4 pages
  • propositions aidantes mémoire
    2491 mots | 10 pages
  • DM management Cas Rocaille
    752 mots | 4 pages
  • Methodologie synthese
    370 mots | 2 pages