Poèsie

Pages: 7 (1625 mots) Publié le: 20 mars 2013
Envoyé par Anne-Sophie.

LE TEXTE POETIQUE : deux poètes du XXème siècle
et le rapport au réel

I Henri Michaux, « Contre ! », La Nuit remue (1935)


Recueil : Les terreurs nocturnes de Michaux consistent essentiellement en fantasmes de morcellement, de destruction, de souffrance et de mort…


*Problématique : il s’agit d’un texte à travers lequel Michaux figure l’écriturepoétique nouvelle.
-Vers 1 à 14 : poème va à l’encontre de la poésie classique.
-Poème de la SURCHARGE. Qui de plus, fonde la légitimité du vers libre.
-Il veut construire un édifice (un poème) « sans plan et sans ciment » (vers 2), c.à.d, tout ce qui matériellement, peut construire un poème.
-Vers 8, « avec de la fumée, avec de la dilution de brouillard », avec RIEN.-Vers 8-9, « et du son de peau de tambour », il va travailler sur le son qui devient rythme, (cf. H. Meschonnic, Pour La Poétique I ; notion fondamentale qu’est le rythme, l’attaque consonantique,) ex. vers 29, construction sonore.
-Vers 10, « des forteresses » ;= reprise +++ du vers 3 où il ne s’agissait que « d’édifice ».
-Vers 10-11 ; paradoxe : comment peut-on construire avec « desremous et des secousses », = avec de l’instabilité et de la destruction.
-Vers 12-13, le véritable poème est celui [où le langage s’épure.
[qui va contre le lyrisme, contre le classicisme.
-Vers 14-15, présence d’alexandrins réguliers, classiques, ils sont accompagnés de termes dont le sens est associé à la mort. Brutalitédu rythme au vers 15, le rythme se fait facteur de destruction. Violence rythmique= facteur de destruction ; c’est par la destruction qu’il construit sa poétique nouvelle. PARADOXE ? Il fait table rase…
-Vers 18 : « même pas symbole, mais néant, je contre », phrase qui éclaire toute sa poétique. Absence de virgule entre les 2 > mise en place radicale, sans mesure, inverse du vers 19.-CONTRE est +++ une position, ce n’est pas un acte.
-Vers 22 à 28, allégorie avec la présence d’une sorte de contre Messie, d’ante Christ qui prône des éléments négatifs. Verset biblique, idem poésie de Claudel ou St John Perse.
-Vers 27-28, anaphore « dans le ».
-Vers 29, assonances et allitérations (structures et répétitions sans cesse présentes dans le texte poétique) ; poésie>carcasse> pot cassé.
-Michaux personnifie la poésie, l’appelle et la prévient en ce qu’il veut la détruire. Pour lui, est poétique se qui s’écarte de la poésie commune.
-Abondance de figures de style ; absence totale de métrique, de rime, de forme fixe.
-Travail où le son, les sonorités sont le rythme du poème tout entier. Construction progressive du poème par les sonorités dans lerythme.
-Conclusion : Ce qui constitue l’objet fondamental pour Michaux = le corps, l’humain dans le monde (qu’il faut décrire, expérimenter…) Chair humaine mais aussi celle du monde qu’il décrit dans sa matérialité. « Comme je vais t’écarteler », dernier vers. L’ « ailleurs », dans cette œuvre poétique, c’est enfin l’ « espace du dedans » qu’il explore notamment à l’aide de substanceshallucinogènes. Mais toute cette recherche de l’Autre n’a d’autre fin que la connaissance de soi.
Refus du système symbolique, il travaille dans une tradition poétique / imaginaire > qui vise la destruction.
Contre !


Je vous construirai une ville avec des loques, moi !
Je vous construirai sans plan et sans ciment
Un édifice que vous ne détruirez pas,
Et qu’une espèced’évidence écumante
Soutiendra et gonflera qui viendra vous braire au nez,
Et au nez gelé de tous vos Parthénons, vos arts arabes, et de vos
[Mings


Avec de la fumée, avec de la dilution de brouillard
Et du son de peau de tambour,
Je vous assoirai des forteresses écrasantes et superbes.
Des forteresses faites...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Poésie
  • Poésie
  • La poesie
  • Poésie
  • Poésie
  • Poésie
  • poésie
  • Poesies

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !