Politiques publiques comparées

42867 mots 172 pages
POLITIQUES PUBLIQUES COMPAREES

Premier cours du 03/02/11

Première partie : enjeux de la comparaison.

En s’intéressant à l’approche comparée, il faut dire que la comparaison est une disposition spontanée de l’esprit humain ; on se réfère à d’autres exemples. C’est un réflexe par lequel l’individu fait des repérages, et de fait, l’intelligibilité de l’environnement repose sur la mobilisation de références, plus ou moins formalisées mais y’a bien une classification : beau/laid, bon/mauvais, pour donner du sens aux catégories normatives du jugement. C’est un mode de raisonnement dialectique.

Comment formaliser ce réflexe dans une démarche de recherche scientifique ?

Un premier élément de formalisation consiste à formaliser les critères de la comparaison. Deuxièmement, à se donner une connaissance approfondie des éléments comparés. Le risque de la comparaison sauvage est de se concentrer sur les différences les plus visibles, de fait les plus superficielles, et cette approche a toutes les chances de se confiner à une sorte d’étrangeté et à conduire à une imposition de problématiques assez grossières. Si de fait l’ethnocentrisme a été fortement corrigé, on verra que c’est un risque permanent. Dans ce sens, la comparaison c’est la rupture épistémologique pour aller vers la construction de l’objet comparatif, pour rompre avec les prénotions (si l’on se réfère à Emile Durkheim). Le raisonnement comparatif met à distance les catégories ordinaires, au fondement de la démarche scientifique et enjeu saillant dans la recherche en science sociale.
Alors, on le verra, la formalisation d’un raisonnement comparatif en sciences sociales a voulu s’aligner sur les sciences expérimentales. Dans quelle mesure, par exemple, est-ce que des pommes et des poires sont comparables ? Se poser cette question c’est se demander si des pommes et des poires sont comparables, par rapport à quelles propriétés et par rapport à quoi elles ne le sont pas. Ce qui est important dans

en relation

  • Les omp
    9980 mots | 40 pages
  • La sociologie
    411 mots | 2 pages
  • Diplomatie
    22024 mots | 89 pages
  • Edt nanterre
    2539 mots | 11 pages
  • De la liberté des anciens comparée à celle des modernes
    662 mots | 3 pages
  • Objets de la science politique
    900 mots | 4 pages
  • science politique
    1100 mots | 5 pages
  • Vers des politiques publiques « eurorégionales » ? le cas de l’eurorégion alpes-méditerranée
    2845 mots | 12 pages
  • Institutions politiques comparées
    12033 mots | 49 pages
  • master 1
    2055 mots | 9 pages