Primitifs italiens

5706 mots 23 pages
1.1. Introduction Précurseurs de la Renaissance, les peintre Italiens des XIIIè et XIVè siècles, ceux que la critique surnomme généralement les «Primitifs» créent, à partir du modèle traditionnel régnant en Italie depuis des siècles (la «Manière grecque» inspirée de Byzance), un nouvel art de peindre basé sur l’humanisation de la figure, l’introduction du paysage dans le cadre pictural et les premières tentatives de création de peinture architecturale. Ils insufflent ainsi une nouvelle impulsion artistique qui va changer les arts plastiques en Italie, puis plus tard en Europe occidentale. De la Toscane à l’Ombrie, leur créativité se traduit par une production intense d’œuvres sur panneaux de bois ou de fresques à sujets religieux, multipliant les chefs-d’œuvre et produisant quelques génies exceptionnels qui ont nom Cimabue, Duccio ; Giotto, Lorenzetti… Cette révolution picturale ne s’est pas faite du jour au lendemain, ni ex-nihilo. S’il y a, objectivement, à partir de 1280-1300, une évolution observable dans les peintures produites, il est parfois difficile d’en déterminer avec certitude les moments et les causes. Il y a quelquefois des ruptures marquantes, mais on observe le plus souvent une continuité dans l’évolution, ponctuée par de lentes transformations qui se superposent en strates successives sur le fonds commun de la «manière grecque» qui se perpétuera en Italie jusqu’au début du XVè siècle. L’une des difficultés de méthode en histoire de l’art réside dans la compréhension des faits tissés et entrelacés, qui concourent à produire des innovations dont les racines remontent parfois loin dans l’histoire des arts et surtout dans l’histoire des idées et des mentalités. C’est en effet non seulement une révolution picturale, mais aussi culturelle, politique et évidemment théologique qui préside à ces changements profonds.

Autour de la fin du XIIIe, et au début du XIVe, le tournant est pris: si la peinture s’est peu modifiée dans ses sujets, c’est

en relation

  • Primitifs italiens
    2398 mots | 10 pages
  • Etymologie
    934 mots | 4 pages
  • Les primitifs flammands
    4195 mots | 17 pages
  • Histoire de l'art
    1162 mots | 5 pages
  • chronologie histoire de l'art
    253 mots | 2 pages
  • Analyse De Ecce Ancilla Domini
    870 mots | 4 pages
  • La renaissance italienne
    279 mots | 2 pages
  • Humanisme
    332 mots | 2 pages
  • histoire de l'art
    3129 mots | 13 pages
  • L'art gotique
    1125 mots | 5 pages