« Quand vous serez bien vieille… »

Pages: 195 (48614 mots) Publié le: 14 mai 2014
FR : 218/6

Littérature épistolaire

Professeur : Arbi Dhifaoui

INSTITUT SUPERIEUR DE L’EDUCATION
ET DE LA FORMATION CONTINUE
*****
Département de Français

Semestre : Octobre 2006 – Mars 2007

Textes du XVIIIè siècle

SOMMAIRE

I- Le roman : de la périphérie au centre de la République des belles lettres
A- le roman : « non genre » facétieux et pernicieux
B- Succès de laproduction romanesque
C- La formule épistolaire ou le « réalisme formel »

II- Une monodie épistolaire : Les Lettres d’une Péruvienne
A- Intrigue sentimentale
B- Critique de la société française
C- Quipos et communication

III- Originalité des Lettres dʹune Péruvienne
A- Les Lettres dʹune Péruvienne, roman ouvert ou fermé?
B- Schéma narratif
C- Originalité des Lettres dʹune PéruvienneIV- Commentaire composé et dissertation

IV- Annexes
A- Notes de lecture
B- « Littérature épistolaire », par Viala
C- ʺLes genres épistolairesʺ, par François Jost

V- Bibliographie

2

Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne (1747)

Première partie

Le roman au XVIIIè siècle :
de la périphérie
au centre de la République des belles lettres

3

Textes du XVIIIè siècle

Leroman connaît, au XVIIIè siècle, une vogue considérable au point de
devenir un genre littéraire majeur : Gustave Lanson pense qu’il est « le seul
genre dʹart qui soit en progrès au XVIIIè siècle » (Histoire de la littérature
française). Se libérant progressivement des préjugés et des contraintes, refusant
de se soumettre à des règles fixes, le roman devient ce mode dʹexpression dont
la deviseest double : variété et liberté. Selon Marthe Robert, le pouvoir du
roman s’explique par la capacité du genre de traiter toutes les questions, par sa
souplesse et par les nouvelles formes adoptées par les romanciers : « Avec
cette liberté du conquérant dont la seule loi est lʹexpansion indéfinie, le roman
qui a aboli une fois pour toutes les anciennes formes classiques (...) sʹapproprietoutes les formes dʹexpression, exploite à son profit tous les procédés. Il
sʹempare de secteurs de plus en plus vastes de lʹexpérience humaine dont il
donne une reproduction en lʹinterprétant à la façon du moraliste, de
lʹhistorien, du théologien, du philosophe ». (Roman des origines et origine du
roman).
Cependant, durant les XVII ème et XVIII ème siècles, le roman était tenu
en piètre estimeet faisait l’objet d’interminables et violentes anathèmes :
hommes de religion, philosophes et même romanciers ne cessaient de le
dénigrer et de le condamner.
Cette

situation

paradoxale

du

genre

romanesque

(mépris

et

condamnation, d’une part, progrès et succès, de l’autre) a été formulée par
Jean Erhard en ces termes :
« Ce genre décrié, ce genre honteux se porte bien,et même de mieux en
mieux. » (Le XVIII ème siècle).

4

Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne (1747)

Soulignons dans cette phrase la dichotomie entre, dʹune part, « genre
décrié » et « honteux » et, dʹautre part, « se porter bien, et même de mieux en
mieux ».
Nicole Masson reformule cette même idée de la manière suivante :
« La fiction en prose continue à être mal jugée par lescritiques. Mais le
succès qu’elle remporte auprès du public pousse bien des écrivains à se lancer
dans son écriture. (…) réimpressions, contrefaçons, livres brochés très
facilement vendus : tout atteste le succès du roman auprès du public. »
(Histoire de la littérature française du XVIIIè siècle ).

Quelles sont les principales critiques adressées au roman ?
Quelles sont les preuvesmatérielles de l’immense succès du roman ?
Qu’est ce qui a permis au roman de passer de la périphérie au centre de la
République des belles lettres ?

5

Textes du XVIIIè siècle

Chapitre I
Le roman : « non genre » facétieux et pernicieux

Contre le « genre » romanesque se liguaient des objections esthétiques,
morales et intellectuelles. Il est « déconsidéré à cause de son caractère immoral...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Quand vous serez bien vieille
  • Quand vous serez bien vieille ronsard
  • quand vous serez bien vieille
  • Quand vous serez bien vieille
  • Ronsard- quand vous serez bien vieille
  • Quand vous serez bien vieille ronsard
  • Quand vous serez bien vieille
  • Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !