Que m’importe les découvertes qu’un philosophe a faites ou cru faire dans les profondeurs de sa conscience, si je ne lis pas la même chose dans la mienne

1187 mots 5 pages
Commentez cette phrase d’Antoine Cournot : « Que m’importe les découvertes qu’un philosophe a faites ou cru faire dans les profondeurs de sa conscience, si je ne lis pas la même chose dans la mienne ou si j’y lis toute autre chose ! »

Dans cette phrase, il est question de la démarche introspective, et plus précisément ici de l’introspection spontanée. Antoine Cournot reproche à la démarche introspective de n’avoir aucun fondement scientifique. Pour lui, l’introspection spontanée est trop individuelle pour que l’on puisse en tirer des lois universelles. Par ailleurs, pour lui (comme pour bien d’autres à l’époque) une discipline, en l’occurrence la psychologie, ne peut prétendre être une science que si elle fait appel au même système d’investigation que les autres sciences (physique, chimie, physiologie). N’oublions pas que c’est au 19ème siècle en effet, que la médecine connait une vraie révolution en raison des progrès de la chimie et des techniques de laboratoire. Dans ce contexte, comment accepter que l’introspection, qui, pour être pratiquée, n’exige aucun diplôme et ne respecte aucun protocole particulier, puisse oser s’élever au statut de science alors que les « vrais » scientifiques de l’époque, chercheurs et savants, ont, eux, tant sacrifié pour étudier, vérifier, valider, édifier des lois physiologiques, anatomiques, médicales etc…
L’introspection spontanée est-elle cependant si critiquable ? Elle présente l’avantage d’être « simple » puisque seuls le sujet et son désir de s’explorer lui-même suffisent à la mettre en œuvre. Elle conduit par ailleurs à se poser un certain nombre de questions, éveillant l’envie d’y apporter des réponses. En revanche, la personne les trouvera-t-elles et si oui, comment savoir si ce seront les bonnes ? En effet, le principal inconvénient à mon sens, réside ici … dans nos mécanismes de défense. Car à moins d’être extrêmement entraîné à cet exercice introspectif (et encore …), notre « moi » cherchant en permanence à nous

en relation

  • la conscience nous isole-t-elle du monde ?
    352 mots | 2 pages
  • Faut-il se méfier de sa conscience ?
    1085 mots | 5 pages
  • La conscience peut-elle être un fardeau?
    1883 mots | 8 pages
  • Suis-je responsable de ce dont je n'ai pas conscience? première partie
    2025 mots | 9 pages
  • Suis je ce que j'ai conscience d'être
    1382 mots | 6 pages
  • Disserte avons -nous toujours conscience de nos desirs ?
    1610 mots | 7 pages
  • La conscience fait-elle le bonheur de l'homme ?
    1453 mots | 6 pages
  • Toute prise de conscience est-elle libératrice ?
    1334 mots | 6 pages
  • La conscience de ce que nous sommes peut-elle faire obstacle à notre bonheur ?
    1729 mots | 7 pages
  • La conscience de soi me permet-elle de penser d'abord ce que je suis ou ce que je dois faire?
    331 mots | 2 pages
  • Toute prise de conscience est-elle libératrice?
    1447 mots | 6 pages
  • Peut on definir l'homme par la conscience
    6580 mots | 27 pages
  • Le temps n'existe-t-il que pour une conscience
    1449 mots | 6 pages
  • Toute prise de conscience est-elle libératrice ?
    729 mots | 3 pages
  • La colère
    482 mots | 2 pages