que n'ai-je encor la harpe thracienne

Pages: 6 (1324 mots) Publié le: 14 janvier 2014
Sonnet XXV des Antiquités de Rome.
Du Bellay


Que n'ai-je encor la harpe thracienne,
Pour réveiller de l'enfer paresseux
Ces vieux Césars, et les ombres de ceux
Qui ont bâti cette ville ancienne ?

Ou que je n'ai celle amphionienne,
Pour animer d'un accord plus heureux
De ces vieux murs les ossements pierreux,
Et restaurer la gloire ausonienne ?

Pussé-je au moins d'unpinceau plus agile
Sur le patron de quelque grand Virgile
De ces palais les portraits façonner :

J'entreprendrais, vu l'ardeur qui m'allume,
De rebâtir au compas de la plume
Ce que les mains ne peuvent maçonner.


L'auteur

Du Bellay était un poète du XVI° siècle, né en 1522 pendant la Renaissance, plus particulièrement celle des arts et de la culture. En 1549, il écrit Défense &illustration de la langue française, un manifeste inspiré des idées et des exemples de la Pléïade, le groupe auquel il appartient. Cet ouvrage a pour but de défendre le français contre la domination du latin, de cultiver les genres nouveaux et d' enrichir le vocabulaire. Il écrit la même année un recueil de sonnets L'Olive écrit à la manière de Pétrarque, qui connaît un grand succès. En 1558, ilpublie les Antiquités de Rome, reflet de ses impressions de son voyage à Rome, ce qui en explique les nombreuses références. Sa dernière oeuvre, Le poète courtisan, rédigé dans un registre satyrique, fut publiée en 1559. Il meurt jeune.

Analyse générale :

On peut se demander dans quelle mesure ce poème est-il une réécriture du mythe d'Orphée.
I/ Modernisation du mythe d'Orphée
II/ recours à desimages poétiques
III/ composition lyrique

Culture générale :

-Thrace : nord-est de la Grèce
-le Thrace : langue ancienne parlée par les Thraces qui puise aux origines même des langues parlées dans le monde (origine indo-européenne)
-harpe tracienne : langage magique et poétique
-lettre thraciennes : nom que l'on donnait à certains caractères magiques anciens. Inscrit déjà la poésiecomme appartenant au domaine du sacré
-Amphionien : vient d'Amphion (fils de Zeus et d'Antiope) qui a été abandonné avec son frère. C'était un musicien qui s'accompagnait d'une lyre (il aurait bâti Thèbes lui-même > les pierres se seraient placées d'elles-même au son de la lyre)
-Ausone : nom que l'on donnait essentiellement en poésie à l'Italie (du nom d'une tribu guerrière ; les Ausones) et plusparticulièrement à Rome (que l'on appelait Urbs).
-Rome : Rome a été fondée par Romulus et Rémus mais avant, Enée s'est installé sur le mont Palatin (Enée = un des pères de Rome). Enée, comme Orphée, a eu l'occasion de descendre aux enfers (lui, pour rencontrer les héros de Troie).

~~> Poésie du 16ème siècle (modernisation) mais thématique qui renvoie à la mythologie. Période humaniste(humanistes ont souhaité avoir la bonne instruction > appris le grec et le latin car ils ne pouvaient pas qu'étudier des ouvrages anciens, grecques ou latins et allaient les lirent directement dans les langues natales plutôt que la traduction).
Rimes embrassées, suivies, embrassées. Au niveau de la structure du sonnet : 2 premiers quatrains, le poète exprime davantage son regret face à la ruine de Rome.Dans les tercets, il exprime son souhait de recréer la ville de Rome par une poésie.

I/

-rappel de la mythologie > on explique Thrace, Amphinioniènne et ausonien.
-Mythologie : référence à l'enfer au vers 2 (pas de majuscule = champs-élysées) dans lesquels sont descendus Enée et Orphée
-« paresseux » signifie lent (enfer = séjour, repos)
-ces références deviennent plus concrètes > on vaplus précisémment sur Rome : « ces vieux Césars » et « les Ombres » vers 3, « cette ville ancienne » vers 4, « ces vieux murs » et « les ossements pierreux » vers 7
de « Césars » à « ossements pierreux » : dégradation puis disparition
-personnification : « ossements pierreux »
- >> une façon de magnifier Rome. Aussi une magnification de Rome dans les démonstratifs (qui sont laudatifs...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Du bellay, « que n’ai-je la harpe thracienne (…) »
  • Commentaire "que n'ai-je la harpe thracienne" de du bellay
  • je n'ai rien de pret encore
  • Je n'ai pas encore de diserte a partager
  • La harpe
  • La harpe
  • Pas encore
  • Pas encore

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !