Quel rôle jouent les didascalies dans l'écriture théâtrale de beckette telle qu'elle apparait dans fin de partie ?

Pages: 5 (1192 mots) Publié le: 5 mars 2011
Introduction
S'il est un détail auquel Samuel Beckett ne tenait pas à laisser de côté, c'est bel et bien les didascalies. Leur rôle prend toute son importance dans son interprétation théâtrale : de facto, alors que Gilbert Bourdet tenait, en 1989, à mettre en avant le rouge et le rose dans le cadre de sa mise en scène de Fin de Partie, Beckett lui fit comprendre que cela n'était pas acceptable àses yeux. D'où l'importance des didascalies, et des indications qui en émanent. Aussi, quel rôle jouent les didascalies dans l'écriture théâtrale de Samuel Beckett telle qu'elle apparait dans Fin de partie ? D'une part, ces didascalies contribuent à faire de l'œuvre telle qu'elle est rédigée une mise en scène dramatique totale. D'autres part, elles constituent une rupture sans équivoque avecl'écriture du théâtre traditionnel.

I] Une écriture dramatique totale
Ne sont-ce pas les didascalies qui fixent le décor ? De fait, elles permettent de statuer de la place des poubelles, des fenêtres, et cætera, les unes par rapport aux autres. De même, elles permettent de préciser quel est le taux de luminosité. Ces mêmes didascalies ne se contentent d'ailleurs pas de commenter les positions desobjets, elles donnent une idée précise aussi des habits portés par les personnages, et amènent le lecteur à identifier la pensée du personnage à un moment donné de la pièce. Par exemple, à la page 108, les didascalies précisent sur Clov: « Panama, veston de Tweed, imperméable, parapluie, valise ». Ces didascalies n'ont-elles donc pas une fonction dramaturgique ?
Qui plus est, elles ont pourvocation d'être minutieuses : en effet, elles précisent entre autre quel ton est adopté par le personnage. On peut se conférer à Nagg qui prend parfois une voix de « raconteur », parfois celle « du tailleur », et ce lorsqu'il raconte son histoire drôle (p. 35). Et elles mettent en exergue la posture de ce dernier. Par voie de conséquence, on découvre Hamm qui « ôte ses lunettes, s'essuie les yeux, levisage, essuie les lunettes, les remet, plie soigneusement le mouchoir et le met délicatement dans la poche » (p.14). En clair, ces didascalies précisant les gestes constituent globalement de petits mimodrames – des mimes à valeur dramatique – qui ouvrent, développent, et ferment la pièce. D'ailleurs, au début de la pièce, on voit sous nos yeux Nagg et Nell qui « avancent péniblement l'un versl'autre, n'arrivent pas à se toucher, s'écartent » (p. 27). Puis ce sont les allées et venues de Clov qui rythment la pièce et la découpent en petites séquences. En clair, Beckett, par ces expressions scéniques, ces didascalies descriptives, nous donne à voir tout se qui se passe sur scène, en évitant soigneusement de négliger quelque détail que ce soit. Il en vient même à indiquer les temps, ce qui ensoit constitue l'apogée de la rupture de sa pièce avec la tradition dramatique.
De ce fait, les didascalies ont pour rôle initial de faire défiler sous les yeux du lecteur la pièce telle qu'elle est en réalité. Elles permettent de décrire, préciser les gestes, les moments, les déplacements, la relation des objets les uns envers les autres, et cætera. Seulement, ces didascalies insérées parBeckett n'en disent-elles pas justement trop, notamment avec la précision des silences ?

II] Une écriture rythmée par les silences et le temps
Beckett a dans sa pièce écrit l'expression « un temps » au moins quatre cent fois, et cette expression suggère le silence. Mais ce n'est pas la seule car on peut aussi relever des pantomimes muettes ou « suspen-sion » implicite de la parole à l'intérieurmême des répliques. Ces arrêts momentanés du temps ne mettent-ils pas justement en péril ce qui constituait un langage dramatique reposant tout spécialement sur les échanges des personnages ? En effet, on voit que le dialogue est sans cesse en sursis. Et n'est-ce pas Hamm qui, par la multiplication incessante de ses questions, relance la conversation. Son interlocuteur principal, Clov, a un sens...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les didascalies dans fin de partie (beckett)
  • Les didascalies dans fin de partie (beckett)
  • Role didascalies fin de partie
  • Role didascalies fin de partie
  • Role didascalies fin de partie
  • Beckett, le rôle de nell dans ''fin de partie''
  • Comment interpréter la didascalie ''un temps'' dans fin de partie de beckett?
  • Fin de partie – « l’écriture m’a conduit au silence » beckett.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !