RABELAIS GARGANTUA Chapitre 25 :«Comment un moine de Seuillé sauva l’enclos de l’abbaye du saccage des ennemis»

Pages: 5 (1231 mots) Publié le: 7 janvier 2014
RABELAIS GARGANTUA
Chapitre 25 :«Comment un moine de Seuillé
sauva l’enclos de l’abbaye du saccage des ennemis»











Le texte que nous allons étudier est un extrait du chapitre 25 de Gargantua, écrit en 1534 par François Rabelais, (1484-1553.)Lui même ayant eu un parcours atypique , en effet il fût moine, juriste, médecin .Humaniste de la renaissance et auteur dePantagruel (sous le pseudonyme anagramme d’Alcofribas Nasierécrivain ) œuvre cependant condamnée la même année par la Sorbonne. Rabelais a étudié chez les Franciscains et chez les Bénédictins. Il exprime dans ses récits héroï-comiques une leçon d’humanisme nouveau derrière le rire. C’est le cas de Gargantua, un récit qui raconte l’histoire d’un jeune géant et de sa formation. Dans ce passage duchapitre 25 qui se trouve dans la deuxiéme partie du roman de Gargantua, Picrochole, roi voisin de Grandgousier voit ses hommes s'attaquer à l'Abbaye de Seuillé car il a déclaré la guerre sous de faux prétextes et de mauvaises raisons. Grandgousier trouve aide et réconfort auprès du frère Jean des Entommeures qui prend le parti de le défendre. Sur cet extrait, nous nous demanderons quels fonctionsseront abordées et dans quel but ?

Ce texte a une fonction comique qui laisse entrevoir un ensemble de procédé littéraires qui installe cet extrait comme une farce.
De nombreuses amplifications sont employés pour commencé:
tel que différentes énumérations qui structurent les trois principales étapes du massacre.
l.12-13 : « aux uns/ aux autres/ à d’autres »
l38-55 : «Les uns/ « Ad’autres/d’autres/».
Qui nous renvoi a un parallélismes de construction. Caractéristique du style de Rabelais: accumulations de plus en plus drôle.
Car, à l’intérieur de ces parallélismes, on trouve souvent des énumérations par exemple, l’accumulation des 13 verbes des lignes 12-21, de «écrabouillait » à «étreintait».
Les hyperboles sont aussi à prendre en compte avec Ex: «mouraient aussitôt»,« ils les frappait si férocement au nombril qu'il leurfaisait sortir les tripes». Ces hyperboles soulignent l’irréalité de ces blessures causées par un simple bâton. Ce que souligne ironiquement l’auteur dans la formule finale: «croyez bien que c'était le plus horrible spectacle qu'on ait jamais vu ».Le lecteur sait que Rabelais ne lui demande de croire que les choses incroyables. «le plushorrible»(qui est une hyperbole. )«qu'on ait jamais vus»: insistance sur la réalité du massacre pour souligner par antiphrase son irréalité..
Cet extrait se compose également d'une liste de blessures très exagérés comme nous prouves ces différents porcédés
L'utilisation du langage médical est ici très exagéré ce qui renforce d'autant plus l'aspect comique de la scène. Il y à nettement uneaccumulation de noms et de verbes, appartement à la langue de l’anatomie: «cervelle, vertèbre, reins, nez, mâchoire, omoplates, hanches, tibias, dents, gueule , cœur, muscles, poitrine, côtes, l'estomac, nombril,»;«démettait, disloquait, fendait, renfonçait, défonçait, déboitait, brisait, émiettait » lignes 12-18, «la suture lambdoïde» (l24), l'épine dorsale» (20), « le thorax » (37). Le médecin Rabelaiss’amuse à donner de fausses notions scientifiques à ce massacre pour mieux souligner l’irréalité.
De plus on y trouve un goût pour les détails «scabreux». Exemple ; l.12: «Il écrabouillait la cervelle » et le détail final: «à travers les couilles il perçait le boyau culier.»l.40 Les blessures ici touchent toutes les parties du corps, des plus nobles aux plus basses. Pour finir il y a un rapportà la scatologie qui est évidemment impossible dans une histoire sérieuse.
La scène est également comique, puisque Frère Jean fait servir un objet sacré à un usage qui ne l’est pas du tout ( son bâton de la croix). Le comique n'est ici pas que dans les actions , mais ce trouve également dans le langage grâce à un jeu sur les sonorités: les allitérations en «l» ainsi l’amplification...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Rabelais comment un moine de seuillé sauva le clos de l’abbaye
  • Comment gargantua fit bâtir pour le moine l'abbaye de thélème
  • Chapitre 25 de gargantua
  • Gargantua, RABELAIS chapitre 23
  • Rabelais gargantua chapitre 38
  • Résumé de gargantua (rabelais) par chapitres.
  • Rabelais gargantua chapitre 29
  • Gargantua de rabelais, chapitre 46 : comment grandgousier traita humainement toucquedillon prisonnier

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !