Rctoulon

658 mots 3 pages
BLUM PIERRE-ELIOTT 2nd1

S’IMPLIQUER :

POLLUTION DE L’EAU :

Un milieu aquatique est dit pollué lorsque son équilibre a été modifié de façon durable par l’apport en quantités trop importantes soit de substances plus ou moins toxiques, d’origine naturelle ou issues d’activités humaines, soit encore d’eaux trop chaudes.
Ces pollutions peuvent entraîner divers types de nuisances : augmenter la mortalité de certaines espèces animales ou végétales jusqu’à parfois les faire disparaître, altérer leurs capacités physiologiques, détériorer la qualité de l’eau au point de la rendre impropre à certains usages, comme l’alimentation humaine.
L'activité humaine, qu’elle soit industrielle (chimie, papeterie, industrie agroalimentaire, etc.), urbaine (usages domestiques, commerce, entretien des rues), ou agricole (utilisation d’engrais et de pesticides), produit quantité de substances polluantes de toute nature qui sont à l’origine de différents types de pollutions : des pollutions organiques (essentiellement d’origine animale), chimiques (fertilisants, pesticides, métaux, détergents…), biologiques (bactéries, virus et autres champignons), radioactives ou acides.
Ces polluants sont émis dans l’atmosphère, évacués dans les eaux usées ou épandus sur les sols, sous forme de gaz, de substances dissoutes ou de particules. La plupart finissent par rejoindre les milieux aquatiques.

Nous participons tous à la pollution de l’eau, car nous utilisons tous des produits agricoles et industriels.

L’UTILITE DE L’EAU

L’eau est source de toute vie. Nous en sommes dépendants. L’eau circule dans notre corps et sur la terre dans un cycle interrompu. 65% du corps humain est constitué d’eau. L’eau est utilisé pour toute sorte de chose(pour les ménages, pour la nourriture…). Les collectivités et les industries ont un grand besoin d’eau. Certain s’en servent comme matière première, par exemple pour fabriquer du cuir ou du papier. En France

en relation

  • rct comm
    1531 mots | 7 pages
  • Cahier des charge
    54442 mots | 218 pages