Redoublement, une pratique à remettre en question

Pages: 5 (1166 mots) Publié le: 10 mars 2013
|

Thème: Le redoublement, une pratique contestable

Votre ouvrage en fait référence, les recherches de l'éducation démontrent l'inefficacité pédagogique du redoublement pour palier aux difficultés scolaires durant la scolarité. Vous signifiez également que "des réformes sont entreprises pour limiter le recours auxredoublements". Cela est certainement dû aux constats scientifiques évoqués précédemment. Mais ces réformes, comme vous l'indiquez, "ne posent pas le débat de fond sur les raisons institutionnelles et professionnelles du recours à cette sanction pédagogique". J'aimerai dans cet essai tenter d'apporter des éléments de réponse quant à cet élément. La question est somme toute assez logique: pourquoi,alors que tous les constats sont négatifs à cet égard, le système scolaire continue-t-il à avoir recours au redoublement? Cet essai prendra la forme d'hypothèses de réponse que j'appuierai au moyen d'auteurs ayant traiter cette question.
La première hypothèse que je pose, peut-être la plus choquante, est la suivante: et si l'école avait besoin de ces échecs pour fonctionner? Et si ellepouvait ne pas s'en passer? J'apporterai deux éléments de réponse qui m'ont frappé lors de mes lectures réalisées dans le cadre de ce travail.
Le premier élément envisage le rôle que joue le redoublement au niveau de la contrainte scolaire. L'école, autorité éducative, aurait besoin de faire peur pour motiver les élèves. En effet, on peut dire de façon générale que l'école demande un effort,une attention, de la concentration, des renoncements, de la discipline de la part des jeunes. Dans cette optique, la menace de l'échec constituerait une motivation, un moteur des plus efficaces. Comme le souligne Walo Hutmacher dans son ouvrage "Quand la réalité résiste à la lutte contre l'échec scolaire: "Comment l'école et ses enseignant(e)s pourraient-ils obtenir obéissance, engagement,discipline, effort et participation de tous ou de la plupart des élèves s’ils étaient privés du droit d'autoriser ou d'interdire la progression sur l'échelle des degrés? Pour un grand nombre d'élèves, la promotion est la visée, le moteur; ils craignent le redoublement." D'ailleurs, cet auteur fait aussi remarqué que ce raisonnement va tellement loin que le message implicite (et parfois explicité) estdavantage " l'important c'est de passer, d'être promu" plutôt que " d'apprendre et de maîtriser durablement des connaissances et des compétences". Cela s'explique par des représentations tenaces au sein de la société comme quoi limiter le taux d'échec serait nuisible à l'enseignement.
Le deuxième élément envisage que l'environnement institutionnel, considéré aujourd'hui comme un marché(quasiment avec une loi de l'offre et de la demande!) utilise le redoublement comme une ressource stratégique de l'excellence. Je m'explique: en maintenant cette sanction, certains établissements auront, de part l'utilisation plus ou moins importante de la sanction, une certaine réputation. En outre, et c'est paradoxal, le redoublement deviendrait aux yeux de certains un gage de... qualité alors qu'ondevrait davantage juger la qualité d'une école par sa capacité à amener des élèves à la réussite, et non pas à l'échec.
La deuxième hypothèse que je pose, en lien avec les propos de Hugues Draelants dans son article" Les fonctions latentes du redoublement" est la suivante: et si les acteurs de terrain, à savoir les professeurs, ne voulaient pas changer de système? Là aussi, l'hypothèse peut semblerassez irréaliste. Et pourtant, il semblerait bien que ces derniers croient encore en la vertu du redoublement. Mais comment interpréter qu’une partie d’entre eux continue à y croire, une fois les conclusions des rapports pédagogiques publiées ?
D'abord les professeurs sont des acteurs de terrain. Leurs observations sont, dès lors, pas toujours en adéquation avec les discours scientifiques....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dissertation remettre en question nos pr jug s
  • Arrêtez de remettre à demain !
  • Question a
  • Peut-on évoquer l'autre sans se remettre en question soi-même ?
  • de la question raciale, a la question sociale
  • Y ' a t'il une reponse a la question qui suis je
  • Questions écologique à danone
  • Réponse à la question de corpus

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !