ripec

1026 mots 5 pages
RIPEC

Préambule:

F. Perroux met en avant trois éléments économiques essentiels: expansion, croissance, et développement.

En voici les définitions générales:

Expansion: c'est l'augmentation de la production à cours terme. C'est un phénomène réversible, les conséquences (généralement positives) peuvent être gommées par des phases de crises.

Croissance: c'est « l'augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes d'un indicateur de dimension. (PIB, PNB,... des agrégats). Pour F. Perroux, une période = 5 à10 ans.

La croissance a deux caractéristiques :

• C'est un phénomène cumulatif (voire auto-entretenu), c-à-d qu'un élément peut être tantôt cause ou conséquence de la croissance. (aussi « phénomène boule de neige »)

• Ce n'est pas un phénomène homothétique, c-à-d que tous les secteurs ne vont pas au même rythme. On parle de secteurs moteurs, secteurs progressifs ( = mode + rapide), et secteurs en déclin, régressif (= inférieur au rythme moyen).

Puisqu'il y a différences de rythme, alors la croissance s'accompagne d'une déformation structurelle, déformation économique. (ex: les paysages industriels évoluent)

!Phrase significative : « la croissance s'opère dans, et par le changements de structure. »

Développement: pour F. Perroux, « le développement est la combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population, qui la rend apte à faire augmenter durablement et cumulativement son produit réel de base »

Les historiens appellent le développement la « croissance longue ».

Le développement a 4 caractéristiques:

• C'est un processus qui s'inscrit dans le long terme. F. Perroux dit que c'est un « processus séculaire » (aujourd'hui, au moins semi-séculaire).

Ex: Chine, croissance 6% à 10% par an, elle sera dans une dizaine d'années un pays développé.

C'est un processus dit séculaire parce que les processus mentaux et sociaux (le rapport qu'a la population avec cette technologie, écologie, une

en relation

  • Debut cours ripec
    418 mots | 2 pages
  • La gestion de crédit dans les imf
    9194 mots | 37 pages
  • Relation internationale et problèmes économiques contemportains
    15795 mots | 64 pages