Rousseau - l'homme est-il condamné à vivre dans l'inégalité et la violence?

Pages: 5 (1202 mots) Publié le: 5 novembre 2010
L’histoire des civilisations est marquée du fossé distinctif entre les dirigeants et les dirigés. Malgré une tendance vers l’égalité qui se développa des Lumières à nos jours, avec le retrait de la monarchie, du faste des empires et de l’instauration de la démocratie comme système gouvernemental principal, ce fossé tarde à s’effacer. En effet, l’arrivée de la démocratie fut suivie par lecapitalisme, ce qui, de nos jours, est identifié comme une source de disparité entre les classes sociales. Les réflexions de Rousseau dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (D.O.I.) sont donc toujours d’actualité et permettent de savoir si l’être humain est condamné à la violence et l’inégalité. Afin de répondre à cette question, il est important de définir etclassifier les inégalités, d’en trouver la source et de voir si l’homme possède des qualités qui lui permettraient de rétablir l’équilibre entre les classes.
Dans l’introduction de son D.O.I., Rousseau apporte une distinction entre les inégalités. En effet il « conçoi[t] dans l’espèce humaine deux sortes d’inégalité; l’une qu[‘il] appelle naturelle ou physique, […], l’autre qu’on peut appelerinégalité morale, ou politique […]. » La première catégorie est constituée des différences d’âge, de sexe, de force physique, etc. Ces inégalités existent indépendamment des sociétés et de leurs valeurs. Ainsi, l’homme a bien peu de contrôle sur celles-ci, pouvant simplement créer des palliatifs, comme les lunettes pour ceux dont la vue serait mauvaise. Les inégalités morales ou politiques sont quant àeux une création de l’homme social, selon un certain consensus plus ou moins tacite. Ces dernières représentent plutôt les classes sociales, le pouvoir des uns sur les autres, la richesse versus la pauvreté. Je crois cependant que l’on peut voir une certaine projection des inégalités naturelles vers les inégalités sociales. Par exemple, le statut de la femme dans la société comme étant le sexe« faible » découle à l’origine d’une inégalité naturelle, à savoir la différence entre l’homme et la femme, mais, au travers des âges, celle-ci a été transformée par les hommes en une distinction sociale (ceci devient clair lorsque l’on regarde, par exemple, la disparité salariale et l’arrivé si tardive du droit de vote pour les femmes). Ainsi, puisque les inégalités naturelles sont inévitables, c’estplutôt sur les inégalités socio-politiques, fruit de la société humaine, que je m’attarderai.
S’il est possible de rétablir un équilibre socio-politique, il est important de comprendre la source des inégalités et comment elles peuvent engendrer la violence. Rousseau, en début de deuxième partie, nous dit que « [l]e premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire : Ceci est à moi, […] fut levrai fondateur de la société civile. » Il semble donc que tout commença par le concept de propriété. Puis, avec le développement des technologies, comme le fer et l’agriculture, la spécialisation de chacun créa une interdépendance chez les hommes. Ceci est un moment décisif, car c’est à partir du moment où les hommes ont besoins les uns des autres que les inégalités se créent, puisque l’expertisede l’un devient profitable et nécessaire à l’autre. Cet état d’inégalité est plutôt précaire, surtout chez l’homme « dominant », se trouvant minoritaire parmi les « dominés ». Ainsi, afin d’asseoir et légitimer sa supériorité, l’homme « dominant » créa la société de droit. Rousseau en fera une synthèse, plus tard, dans son discours Du contrat social, en ces termes : « Le plus fort n’est jamaisassez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. » De plus, l’impression de supériorité des dominants permet la création d’un nouveau sentiment chez l’homme, l’amour-propre. C’est ce sentiment qui engendrera la violence. En effet, l’amour-propre s’expliquant, selon Rousseau comme « un sentiment relatif, factice […] qui porte chaque...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'homme est condamné à être libre
  • L'homme est condamné a être libre
  • L'homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ?
  • L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ?
  • A quoi l'homme doit il renoncer pour vivre en société
  • « L'homme est condamné à être libre » J-P Sartre
  • L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ?
  • Philo l

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !