Ruis blas

1558 mots 7 pages
Devoir de Philosophie

Sujet 1 : Si le peintre ne peut se contenter d’imiter, que doit-il chercher à rendre ?

La peinture est un art qui a débuté il y a plusieurs années. Les premières peintures ont été découvertes il y a environ trente milles ans dans des grottes, tel que les grottes de Lascaux. Cet art qui n’a cessé d’évoluer soulève chez les philosophes un grand nombre d’interrogations. Depuis l’antiquité des philosophes tels que Platon et Aristote s’y intéressent et essayent de le définir. Ils ont définit l’art comme étant une représentation du monde réel, cependant des philosophes tels que Kant n’ont pas été d’accord. Hors si l’artiste et plus précisément le peintre ne peut seulement imiter, que doit t-il rendre ? Pour répondre a cette question nous allons tout d’abord montrer que l’art ne peut être seulement qu’une imitation, par la suite nous verrons que l’art n’es pas seulement une imitation après quoi nous verrons les autres buts que l’artiste cherche a rendre.

Tout d’abord qu’est ce que signifie pour le peindre une imitation ? Cette imitation signifie représenter la nature de façon la plus réelle possible. Pour certain tel que Léonard de Vinci la peinture se doit de prendre comme modèle la nature. On peut constater cette pensée dans son Traité de la peinture lorsqu’il dit « La peinture la plus digne d'éloges est celle qui a le plus de ressemblance avec ce qu'elle imite ». Il affirme même que les peintres n’imitant pas « corrige » l’œuvre en ne voulant représenter correctement la nature.
Cependant Tous les artistes dont les peintres ne sont pas en accord avec ce qu’il avance et éprouve même le contraire.
SI l’on fait de l’art une imitation de la nature, alors l’œuvre d’art n’est qu’une apparence. Mais est-il utile de faire une copie du réel ? Comme disait Hegel « quel besoin avons-nous de revoir dans des tableaux ou sur la scène des animaux, des paysages ou des événements humains que nous connaissons déjà ? », il vrai que cela n’aurait aucun réel

en relation

  • francais
    690 mots | 3 pages
  • Esqfsefsfeefqe
    103600 mots | 415 pages