Sommes-nous condamnés à nous définir librement ?

Pages: 14 (3475 mots) Publié le: 24 mai 2010
1. Détermination du problème

1.1. Définitions

Définir "définir" paraît paradoxal. Pourtant, tous les dictionnaires sérieux s'y emploient (c'est même à la lecture de cet article qu'on juge la valeur du dictionnaire). Définir consiste à associer à un mot une formule précise indiquant les caractères essentiels du signifié du mot. Le cas échéant, la définition apportera des précisionslinguistiques (elle signalera tel mot comme archaïque, tel mot comme relâché) ; mais en principe, elle se distingue de la notice encyclopédique en cela qu'elle ne fournit pas de description du signifié, ni dans ses propriétés, ni dans ses fonctions. La définition idéale compte exactement deux mots : le genre dans lequel la chose signifiée se range, et la spécificité qui permet, au sein de ce genre, de ladistinguer de toutes les autres choses rangées dans ce même genre. Ainsi l'humain défini comme "zoôn logôn" : il appartient au genre "animal" (comme le lion, la mouche ou le moineau) ; et au sein de ce genre, il possède pour caractère spécifique (ce qui distingue l'espèce humaine de toutes les autres espèces animales) le discours articulé. L'humain peut également être bien d'autres choses (bon oumauvais, intelligent ou sot etc.) mais "zoôn logôn" constitue, pour lui, une définition suffisante. Notons que la classification moderne des plantes et des animaux retient exactement cette méthode de définition (ainsi le loup se définit-il comme canis lupus : l'espèce lupine au sein du genre canin). Notons aussi que, contrairement à ce que prétendaient deux copies, il est parfaitement possible dedéfinir un objet changeant (pour preuve : les définitions de "nuage", de "précipité" ou, tout simplement, de "changement").

"Définir librement" semble un oxymore : en toute rigueur, la définition s'appuyant sur les caractères spécifiques de la chose à définir, la réalité de ces caractère la contraint fortement, voire intégralement. Ne pourrait être "défini librement" qu'un objet imaginaire ou entous cas inventé par l'esprit même en train de définir. Ainsi un mathématicien peut-il "définir librement" i comme √-1, ou un auteur de SF la matrice comme une réalité virtuelle. "Nous définir librement" semble donc sous-entendre que, par-delà nos caractères en tant qu'espèce zoologique, nous autres humains gardons à notre propre égard une part d'invention, ou d'imagination, que notre définitionne peut taire. Autrement dit : que nous possédons une spontanéïté, une authenticité, irréductibles. Les deux manières d'envisager l'adverbe "librement" ("sans contrainte" ou "spontanément") se rejoignent donc dans le libellé du sujet.

"Condamnés" ne s'entend ici évidemment pas au sens juridique : condamnés par qui ? pour quel méfait ? Il s'agit ici, tout simplement, d'une obligation impérieuse :"devons-nous" nous définir librement ? Attention ! ce point est capital... parce que, si l'on peut effectivement reformuler la question de la sorte, de manière moins équivoque, pourquoi le sujet emploie-t-il le tour équivoque ? Est-ce pour piéger le candidat ? Evidemment non. Est-ce uniquement pour intensifier l'affrontement entre l'obligation et la liberté ? Sans doute ; mais alors, la questionrelève en partie du jeu de mots, dans sa forme du moins...

1.2. Forme de la question

Raison pour laquelle la forme de la question méritait un examen extensif (comparer avec "Le langage est-il objet de science ?"). La formulation même de la question induit un désarroi presque stupéfiant. Le candidat ne doit surtout pas rester tétanisé devant une telle question mais doit aussitôt s'employer àcerner les causes de son désarroi aussi étroitement que possible pour voir clair dans le libellé, et éviter le hors sujet.

L'association "définir librement" paraît un oxymore ; mais nous avons déjà aplani cette difficulté en dévoilant un premier sous-entendu du sujet : il suggère que, en tant qu'humains, nous possédons une part de spontanéïté qui nous caractérise et dont notre propre...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sommes-nous condamnés à toujours désirer en vain ?
  • A definir
  • Sommes nous déterminés a être ce que nous sommes ?
  • Correspondance avec un condamné à mort
  • Le livre est il condamné à disparaître
  • Compte rendu de: condamnés à danser
  • Condamné à mort
  • Le condamne a mort

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !