théorie littéraire

1768 mots 8 pages
Pour comprendre la poésie
« Poésie » vient d’un mot grec signifiant « faire, créer ». La poésie, c’est donc un travail sur les mots. Le poète, par le choix qu’il fait de sujets (les thèmes) et de procédés stylistiques, présente une vision du monde qui lui est propre.
Le thème
Un poème évoque une réalité : c’est son thème littéral, son propos central. Ce thème sert en général de cadre de référence au poème : c’est lui qui permet d’aborder des sujets de réflexion, des sentiments, des réalités morales ou esthétiques, etc. Souvent, un poème comporte un thème majeur, dominant. Il peut alors se développer en sous-thèmes, qui donnent sa couleur au poème.
Les champs lexicaux
Les champs lexicaux sont formés d’un groupe de mots rapprochés par le sens, et dont la fréquence est assez importante pour indiquer qu’un thème est développé, ce qui montre une préoccupation de l’auteur. Généralement, le champ lexical le plus important est relié au thème majeur du poème ; il faut toutefois prendre en compte les connotations. L’intérêt d’étudier le champ lexical réside dans les thèmes qu’il permet de dégager ; sa signification est d’autant plus forte qu’il peut être combiné à d’autres figures de style. En soi, il a peu d’intérêt.
Les figures de style
Les figures de style sont un écart par rapport à la norme linguistique. Cet écart peut être plus ou moins significatif. Par exemple, si on pense à l’inversion, elle n’est significative que si elle sert à mettre en valeur un mot ou un groupe de mots ; autrement, elle n’est qu’un artifice de versification. Les figures de style ramènent donc au jeu sur la disposition des mots, leur sonorité, leurs substitutions, etc. Elles visent à provoquer des effets chez le lecteur – voir, à ce sujet, la théorie sur les figures de style. Pour trouver les figures de style, il n’est pas nécessaire de chercher bien fort : en général, lorsqu’un passage surprend, arrête la lecture, semble insensé ou incompréhensible alors qu’on connaît tous les mots qui s’y

en relation

  • Théorie littéraire
    5435 mots | 22 pages
  • théorie littéraire
    482 mots | 2 pages
  • Pour une theorie de la reproduction litteraire
    5155 mots | 21 pages
  • Théorie littéraire roland barthes
    294 mots | 2 pages
  • La théorie sémiotique littéraire de michael riffaterre
    4931 mots | 20 pages
  • Grâce aux deux poèmes étudiés (le lac et l’isolement), dégager les principaux thèmes traités et définir la mélancolie de lamartine (registre, champs lexicaux, ponctuation, temps verbaux, figure de style).
    4310 mots | 18 pages
  • Littérature comparée
    858 mots | 4 pages
  • Forme, style et genre littéraire
    2612 mots | 11 pages
  • Le démon de la théorie
    6907 mots | 28 pages
  • la sociologie de la littérature
    771 mots | 4 pages