Travail dans les fast food

2087 mots 9 pages
Cet article a été écrit par Vanessa Pinto et Damien Carton qui étaient élèves au centre d’études de l’emploi. Et Guillaume Burnod était étudiant à l’école Normale supérieur Ulm. Celui-ci est une étude faite sur 3 fast-foods parisiens pour montrer l’organisation du travail, les principes de gestion de la main d’œuvre. En effet, en même temps de travailler, il y a également les études, c’est de montrer comment concilier les deux, les avantages et inconvénients.
Tout d’abord, l’article nous montre que le travail en fast-food, l’employé appelé « équipier » est un boulot d’étudiant. Souvent ce sont des jeunes de 18 à 25 ans, avec des situations matrimoniales pas stable, ainsi que des parents en situation précaire, mais aussi des étudiants issus de l’immigration. Ils sont inscrits dans des filières qui connaissent peu, ne savent pas sur quoi cela débouchent. Pour être considéré comme un petit boulot, il faut faire des études en parallèle autrement c’est un « vrai travail ». Par exemple, certains trouvent que les emplois en temps que caissières sont plus bas que les emplois en fast-food, et d’autres pensent que celui-ci est la limite supérieure des petits boulots, qu’ils peuvent pas trouver mieux. Car les emplois mieux payés, s’obtiennent souvent par piston alors qu’en Fast-food ce n’est pas le cas, il est plus accessible à tous. En revanche, plusieurs qualités sont recherchées pour faire ce travail, comme la motivation, l’amabilité, la patiente, le dynamisme, souriant(e), l’adaptation… Pour la direction l’équipier idéale, c’est qu’il soit autonome, pour eux les filles serait plus bosseuses que les garçons. Et apprécient peu les étudiants trop intelligents ou à difficultés scolaires, pour eux c’est un jugement négatif car cela dépasse les limites de comportements. D’après cette étude faite, ce qui en découle c’est que l’on fait ses petits boulots pour permettre de financer nos études, et souvent qualifiés comme provisoire car par la suite on trouvera mieux. Il faut

en relation

  • Merchandising
    3539 mots | 15 pages
  • Note synthetique tpe
    693 mots | 3 pages
  • La restauration rapide
    3260 mots | 14 pages
  • Fast food bio
    6706 mots | 27 pages
  • Communication fast-food
    943 mots | 4 pages
  • Mcdnad swot analisis
    1033 mots | 5 pages
  • Tpe fast food
    2379 mots | 10 pages
  • Fran Ais Argumentation Raisonnement Concessif Fast Food
    274 mots | 2 pages
  • Etude de faisabilité d'exporter exki à londres
    19103 mots | 77 pages
  • Fast Food
    1740 mots | 7 pages