uguyuy

Pages: 9 (2184 mots) Publié le: 12 janvier 2014

TL1.
Dissertation de Philosophie.


a) Communément, la raison s'oppose aux préjugés. En effet, la personne raisonnable est doté de raison. Elle est capable de faire preuve d'un raisonnement fondé, basé sur des fondations solides et précises tandis que celle qui suit les préjugés, ne fait en l’occurrence preuve que d'un jugement préconçu sans aucune réflexion mêlant critères personnels etopinion qui lui sont propre.
b) Cependant, il existe des « bons préjugés », des préjugés qui nous sont personnels, par exemple, nous nous baladons dans la rue et croisons une personne souriante, nous allons immédiatement nous imaginés que cette personne doit être sympathique et souriante. Il s'agit d'un préjugé positif puisqu'il ne s'appliquent pas à tous, il représente pas comme le simplepréjugés une idée commune ou sociétale. Ils sont donc singuliers et n'appartiennent pas à une pluralité.
c)Dans ce cas, ne peut-il pas exister un lien entre les préjugés et l'être raisonnable ? Ces deux opposés ne peuvent-ils pas se compléter ou même se suivre ? Ou bien même se confondre l'un dans l'autre ? Peut-il être raisonnable de suivre les préjugés ? Les préjugés peuvent-ils se placer enobstacle à la raison ?
e) Quels enjeux pourront-nous tirer si nous répondons à ces question ? La distinction du préjugés et la raison même.
d) Nous verrons dans un premier temps que les préjugés sont des obstacles à la raison puis qu'ils peuvent être suivis de manière raisonnable et pour finir, nous constituerons la synthèse de ces deux idées.Les préjugés sont un obstacle à la pensée et à la raison. Il est donc raisonnable de s'opposer à ces derniers. En effet, l'être raisonnable est la preuve qu'il est doté de raison. Il fait preuve de bon sens et utilise des raisonnement fondé à l'inverse des préjugés, qui eux sont desjugements non-fondé, personnels, dépourvus de réflexion et d'examen. Utiliser des préjugés reviendrait à dire d'une manière subjective : Je ne sais rien. Or, l’être raisonnable, puisqu'il est doté de raison est conscient lorsqu'il ignore quelque chose. Aristote nous dit que « L’homme est un animal raisonnable ». L'animal est dépourvu de raison et de conscience. Il n'obéit qu'a ses pulsions primitives et àses appétits comme le dit Nietzsche : « L'animal est rivet au piquet du présent ». L'homme au contraire de l'animal à la capacité de se représenter lui même dans le monde qui l'entoure et de se représenter à lui même entant qu'individu à part entière. Aristote nous montre donc qu'il est dans la nature de l'homme d'être raisonnable et donc d'être doté de raison en l'ajoutant à l'animal. Il seraitdonc contre-nature d'obéir aux préjugés. La nature de l'homme est de penser par lui même puisqu'à l'inverse de l'animal lui est doté de raison. Une question se pose alors, si l'homme suit les préjugés, renonce t-il à sa raison ?

En suivant les préjugés, l'homme se détache de sa raison. Il adopte des idées qui ne sont pas siennes, qui lui sont étrangère. Son esprit ne lui appartient plus, ildevient aliéné à ses propres pensées. Il accepte d’être sous la tutelle de ses tuteurs et par la même occasion accepte de fonder sa connaissance sur le oui-dire et non sur des expériences personnelles. Je ne peux pas me distinguer en tant qu'individu, j'appartiens à une masse de personne qui accepte tout comme moi d'utiliser sa raison et qui laisse ses tuteurs décider de tout. Nous passons donc austatut d'esclave puisque nous sommes incapables d'utiliser notre raison. En refusant son utilisation, nous rompons donc avec notre liberté pour l'état de servitude. Nous sommes selon Kant dans un état de « minorité » qui signifie « l'incapacité de se servir de son entendement sans la direction d'autrui ». Nous sommes donc dispenser de penser par nous même. Les connaissances que nous croyons...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !