Un crivain peut-il, par ses oeuvres, contribuer lamlioration de la socit ?

320 mots 2 pages
Un Écrivain Peut-Il, Par Ses Uvres, Contribuer À L’Amélioration De La Société ?

Un écrivain peut-il, par ses ' uvres, contribuer à l’amélioration de la société ?

Un écrivain écrit rarement uniquement pour lui, car il vise à faire passer, à travers ses ' uvres, un message, son opinion. Ainsi, certains auteurs s’engagent à travers leurs écrits, et prennent des risques pour dénoncer des injustices, faire valoir des idées importantes à leurs yeux, leurs valeurs…
On peut se demander si cet engagement est efficace, s’il contribue réellement à l’amélioration de la société.
S’il est vrai que les idées des écrivains ont une certaine influence sur l’évolution de la société, celle-ci est néanmoins parfois limitée, selon les époques. Dans tous les cas, si le but recherché par l’auteur n’est pas atteint, son ' uvre aura peut-être amélioré individuellement chacune des personnes qui composent la société.

Tout d’abord, l’écrivain peut se servir de sa notoriété pour faire circuler ses idées et les faire connaître au plus grand nombre de personnes possible. Il exerce donc une grande influence sur la société en faisant passer, à travers ses ' uvres, son point de vue sur une question politique, religieuse ou morale.
Ainsi, certains écrivains veulent « corriger les vices des hommes », notamment Molière qui voulait leur faire prendre conscience de leurs défauts, mauvaises idées ou actions. En tant qu’intellectuels, les écrivains guident les hommes en faisant appel à leur raison. Ainsi, la comédie L’Avare de Molière voulait corriger l’avarice des hommes par le rire.
Par ailleurs, la littérature permet d’éclairer le peuple sur certains faits, pour éviter que les mêmes erreurs ne se reproduisent, de dénoncer des injustices. Ainsi, Emile Zola appelle à la justice en 1898 avec la parution de sa lettre ouverte, « J’accuse », adressée au Président de la République, dans le journal L’Aurore. Il y défend

en relation

  • intro science politique
    141396 mots | 566 pages