Une confession

Pages: 6 (1358 mots) Publié le: 31 janvier 2011
Ceci n’est pas une confession. C’est une étude de mon être que j’utilise telle une clé afin de me sortir de moi-même. Cette phrase peut être perçue de deux façons différentes : une faute grammaticale impardonnable ou un sujet de psychanalyse. Dans le contexte suivant, je vous prierais de le prendre tel un sujet de psychanalyse. En revenant à mon sujet premier, je vais tâcher de me décrire. Nonpas une description physique, mais plutôt d’un fort intérieur dont j’ai … honte. Je gagne des tournois et des parties d’échecs. Vous pourriez me demander le rapport de cette phrase avec le sujet de psychanalyse. Pourtant, chez moi, ou LUI ce sujet pourrait bien être considéré comme freudien : bien que je joue les pièces de mes propres mains, c’est LUI qui gagne. J’ai l’impression de L’exploiter etaprès une victoire, j’hésite longtemps. Et avec une profonde indignation à cela, c’est tout juste si je n’abandonne pas la partie, rien que pour L’ennuyer.
Je suis sûr que si on demandait à un autre joueur la raison de sa passion pour les échecs, il répondrait certainement, la victoire ou plus modestement (ou hypocritement) le jeu pour le jeu. Ma passion pour les échecs est différente. Elleest due à un isolement provoqué par LUI et je joue aux échecs car je cherche à fuir ce monde mauvais pour être dans un monde plus juste. Je lutte contre mon fort intérieur jour et nuit mais peu à peu je faiblis, je perds…
Je lutte pour lutter par pour gagner : que l’on critique ou vulgarise les religions, je vais vous confesser que j’ai ma propre croyance. C’est sous son influence que jerentre dans des délires, des transes épouvantables dans lesquelles je suis possédé par LUI, qui devient alors moi. J’aime être dans ce genre de transe ; cela me fait oublier. Oublier que les gens ne disent que du mal de moi, qu’ils me détestent. D’ailleurs, je hais qu’ils parlent de moi dans mon dos pour cette unique raison. Je sais que cette transe est mauvaise pour moi, pour une âme déjà salie parla schyzophrénie, d’après les médecins. Mais c’est le seul moyen de faire une trêve dans cette lutte épuisante, longue, dure et sans fin.

Ce genre de texte est très dur a écrire sur soi-même. Mais pis encore, de la part d’un “hystérique”, “schyzophrène”. Je hais ces mots qui sortent de la bouche des médecins, ces charlatans de première qui vous sucent le porte-monnaie et l’âme jusqu’à ladéfaillance. Tous les jours, je suis interrompu dans le cours de ma vie pour leur parler. Leur parler de LUI. Il n’y a pas si longtemps, ils m’ont demandé de décrire l’arrivée de cet être, car d’après eux, cela m’a flatté, de tous les schyzophrènes, je suis le plus apte à leur répondre.
Tout a commencé à treize ans, j’apprenais à jouer aux échecs. Le “Gambit Roi” (une ouverture célèbresaux échecs). Dans ma tête je me promettais une victoire contre mon professeur que je qualifiais de surpuissant. Tout à coup, IL est apparu. IL m’a proposé un “contrat”, si je le laissais entrer, IL me promettait une victoire assurée contre tout le monde. Une proposition que je ne pouvais refuser à l’époque, mais que je regrette profondément maintenant. Quand j’ai dit cela, avec les exacts mêmesmots, les médecins se sont mis à rire, je tremblais ; je hais ces réunions, non pas à cause d’un jugement négatif de moi-même, mais plutôt car IL me persécutait. Là, devant eux, ce n’est pas moi qui pleurais de rage, devant ces êtres incompréhensifs. Si j’avais décrit le contrat, tel un “accord abusif” de la part de mon cerveau, cela n’aurait pas été vrai. Mais les voir rire de cette façon LEpoussait à réagir. Tous ces couteaux, bistouris, pinces, il y en aurait bien un qui les aurait tranchés en deux. Mais je me retenais. LUI me poussait. Je me retenais. Soudain ma main devint incontrôlable. Elle saisit un de ces couteaux dont la lame coupe on ne peux mieux. Je ne me souviens de rien jusqu’au moment où je suis rentré chez moi. Et là dans mon foyer, seul, je me suis senti épuisé. Pourtant...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Confession
  • Les confessions
  • Confessions
  • confession
  • Confession
  • Confession
  • Les confessions
  • confession

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !