A-t-on raison de penser que saint-denys garneau et émile nelligan présentent, dans cage d'oiseau et les corbeaux, une même vision de la fatalité ?

Pages: 5 (1112 mots) Publié le: 6 mars 2012
Sujet de dissertation critique

A-t-on raison de penser que Saint-Denys Garneau et Émile Nelligan présentent, dans Cage d'oiseau et Les Corbeaux, une même vision de la fatalité ? Discutez.

1. Plan dialectique

Thèse : oui, la fatalité est abordée de la même façon dans les poèmes des deux auteurs.

Paragraphe de la thèse :

Argument 1 : En premier lieu, dans les deux poèmes, la fatalitéest associée à la mort.

Sous-argument 1.1 : En effet, dans Les Corbeaux d’Émile Nelligan, la fatalité est indissociable de la mort.

« Or, cette proie échue à ces démons des nuits
N’était autre que ma Vie en loque, aux ennuis
Vastes qui tournant sur elle ainsi toujours » (v.9-11)

Sous-argument 1.2 : De plus, dans Cage d’oiseau, d’Hector de Saint-Denys Garneau, la fatalité est liée à lamort.

« Il ne pourra s’en aller
Qu’après avoir tout mangé
Mon cœur
La source du sang
Avec la vie dedans » (v.19-23)

Paragraphe d’antithèse :

Argument 2 : En deuxième lieu, les deux poèmes abordent la fatalité de façons différentes.

Sous-arguments 2.1 : En effet, dans Les corbeaux d’Émile Nelligan, la mort est montrée comme une entité envahissante, qui vient de l’extérieur.

Champlexical : « en cercle » (v.5) et « tournant » (v.11)

Sous-arguments 2.2 : De plus, dans Cage d’os d’Hector de de Saint-Denys Garneau, la mort provient de l’intérieur.

« Je suis une cage d’oiseau
Une cage d’os
Avec un oiseau

L’oiseau dans ma cage d’os
C’est la mort qui fait son nid » (v.1-5)

Synthèse :

Argument 3 : Malgré que la menace des oiseaux provienne de l’intérieur et del’extérieur des victimes, la fatalité reste tout de même abordée de la même manière. En effet, la mort étant omniprésente, même si la provenance diffère, le résultat reste le même. C’est-à dire qu’ils seront « dévor[és] en entier » (v.14) et « tou[s] mangé[s] » (v.20).

2. Rédaction

Dans les deux poèmes étudiés, Garneau et Nelligan ont une même vision de la fatalité, c’est-à-dire qu’ilsassocient la fatalité à la mort. En effet, dans Les Corbeaux d’Émile Nelligan, la fatalité est indissociable de la mort. L’auteur écrit :

« Or, cette proie échue à ces démons des nuits

N’était autre que ma Vie en loque, aux ennuis » (v.9-10)

La « Vie » de l’auteur est personnifiée dans le poème, de manière à l’imager et rendre le danger de mort tangible et immédiat. Les « démons des nuits », quisont les corbeaux, sont apporteurs de la fin pour lui, puisqu’ils viennent directement de l’enfer, où les décédés vont. D’ailleurs, en se définissant comme une proie des corbeaux, Nelligan rend l’avènement de sa mort comme une fin en soi non évitable. Une proie a rarement l’occasion de combattre, surtout quand celle-ci est déjà en loque. De plus, dans Cage d’oiseau, d’Hector de Saint-DenysGarneau, la fatalité est aussi liée à la mort. Effectivement, lorsque que l’auteur écrit

« Il ne pourra s’en aller

Qu’après avoir tout mangé

Mon cœur

La source du sang

Avec la vie dedans » (v.19-23)

On peut constater que la mort est un événement imminent car il se fait dévorer de l’intérieur par l’oiseau, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de lui. L’auteur emploie un déterminantpossessif avec «Mon cœur», de manière à sensibiliser le lecteur face au destin tragique de Garneau. L’appartenance du cœur est sans équivoque. Ce dernier savait qu’il était atteint de graves problèmes de cœur. D’ailleurs, ce fut la cause de sa mort [1]. Les deux auteurs ont donc intimement lié la fatalité et la mort dans leur poème.

En deuxième lieu, les deux poèmes abordent la fatalité de façonsdifférentes. En effet, dans Les corbeaux d’Émile Nelligan, la mort est montrée comme une entité envahissante, qui vient de l’extérieur. En utilisant des mots comme « en cercle » (v.5) et « tournant » (v.11), Nelligan met l’accent sur l’aspect submergeant des corbeaux sur leur proie, sa « Vie ». Une image de cercle est ainsi créée, la victime étant à l’intérieur. Sa vie est atteinte et mise en...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !