L’échec de la iie république

Pages: 10 (2461 mots) Publié le: 14 avril 2011
En février 1848, le peuple de Paris renverse la Monarchie de Juillet. La IIe République est ainsi née d’une révolution. Pourtant, quatre ans plus tard, une nouvelle Constitution instaure un régime autoritaire qui deviendra le Second Empire. Comment expliquer cet échec ?



Le 24 février 1848, la France entre en République. Trois ans plus tard, un coup d’Etat renverse les institutions decette éphémère IIe République qui meurt officiellement le 2 décembre 1852 quand l’Empire est proclamé. La IIe République a donc échoué à s’installer durablement en France.





La révolution et la stabilisation du régime





La IIe République est née à la faveur de plusieurs crises. En 1847, de mauvaises récoltes provoquent une flambée des prix et des émeutes de la faim. Cette crisese diffuse ensuite dans la manufacture et se traduit par une augmentation du chômage. À cela s’ajoute une crise du crédit qui met en difficultés de grandes entreprises, en particulier les compagnies ferroviaires. Une troisième crise, morale, affecte directement la monarchie de juillet parce qu’elle s’exprime par des affaires concernant le personnel politique, à l’image des anciens ministres Testeet Cubières, accusés de concussion.



Le régime est remis en cause par la petite et moyenne bourgeoisie qui est exclue du jeu politique en raison de l’existence d’un cens électoral, et par un mouvement ouvrier qui fait de plus en plus entendre ses revendications. Les différentes tendances de l’opposition, des monarchistes aux républicains – légitimistes exclus –, défendent alors l’idée d’unabaissement du cens électoral. Or, comme le régime interdit les réunions, les leaders politiques organisent des banquets qui offrent, grâce aux toasts, l’occasion d’exprimer des opinions politiques. Cette campagne des banquets débute à l’été 1847. Mais elle n’est pas suffisante et le gouvernement interdit le banquet qui doit se tenir à Paris le 22 février 1848.



Or, le 22 février, unepoignée d’étudiants et de meneurs manifestent contre l’interdiction du banquet. En soirée, des troubles ont lieu et commencent à s’étendre. Le lendemain, les troupes se montrent peu enthousiastes à rétablir l’ordre. Le roi fait appel à la Garde nationale mais celle-ci, composée de boutiquiers, d’artisans, de membres de la bourgeoisie, est hostile à la Monarchie de Juillet. Au soir du 23, des manifestantsconspuent Guizot. Les soldats présents tirent dans la foule et tuent 13 personnes. Paris se couvre alors de barricades. Les troupes sont mises en échec par les insurgés et le roi Louis-Philippe abdique le 24 février : le même jour, la République est proclamée à l’Hôtel de Ville. Un gouvernement provisoire est formé, essentiellement composé de républicains modérés et de bourgeois. Mais lesocialiste Louis Blanc et l’ouvrier Albert en font partie.



Les premières mesures du gouvernement provisoire traduisent la volonté de s’inscrire dans la lignée de la Révolution française tout en en rejetant les épisodes les plus sombres, comme la Terreur. Le 26 février, la peine de mort est abolie et une déclaration de paix au monde est faite. L’esclavage est aboli. La République se veut humanisteet fraternelle. Le suffrage universel masculin est instauré : de 250 000, on passe à neuf millions d’électeurs. Des mesures d’ordre social sont prises : ainsi sont créés les ateliers nationaux qui doivent occuper à des travaux publics les personnes sans travail qui sont rémunérées à un niveau presque aussi élevé que celui du marché. La journée de travail est limitée à dix heures à Paris et onzeheures en province. Une Commission, présidée par Louis Blanc et qui réunit à la fois des représentants des ouvriers et des patrons parisiens, doit arbitrer les conflits et améliorer le sort des salariés. Elle siège au palais du Luxembourg, et pour cette raison on l’appelle parfois Commission du Luxembourg.



Paris a, comme en 1789, comme en 1830, entraîné la France entière avec elle. La...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • IIE REPUBLIQUE
  • Histoire de la iie république
  • Les causes de l'echec de la iv république
  • Pourquoi l'échec de la seconde république ?
  • L'echec de la quatrieme république
  • L'échec de la seconde république
  • La seconde république était-elle vouée à l'échec ?
  • Les causes de l’échec du parlementarisme sous la iiième et la ivème républiques

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !