« L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime » de philippe ariès

Pages: 11 (2567 mots) Publié le: 11 octobre 2012
« L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime »
De Philippe Ariès

Introduction
Philippe Ariès était historien, journaliste et essayiste, il est né en 1914 et est mort en 1984 à l’âge de 70ans, il a fait partie de l’action Française mais il s’en est éloigné pour devenir un traditionaliste sensible « modèle anarchique et royal du XVIe ». L’œuvre que nous allons étudier est sa 2èmepublication paru en 1960, elle s’intéresse à la vie de l’enfant sous l’ancien régime. Cette étude a eu un très grand succès aux États-Unis ce qui lui a valu une audience internationale tandis qu’en France elle s’est faite plus discrète.
Cette approche sociologique se déroule durant toute la période le d’ancien régime c’est-à-dire de la renaissance à la révolution française.
Ariès montre que dans lessociétés traditionnelle l’enfant était mal représenter, la durée de l’enfance était réduite à sa période la plus fragile, c’est-à-dire quand il avait besoin d’une présence constante des parents. Entre le XVe et le XVIe siècle « époque moderne », c’est le début d’un long processus qui se conclura sur l’apparition dans les sociétés du sentiment particulier accordé à l’enfance et aussi du sentimententre les membres d’une même famille
Pour tenter de comprendre la thèse de l’auteur, on peut se demander quel est l’évolution de la place de l’enfant dans la société et dans la famille sous l’ancien régime. Nous verrons dans un premier point l’enfant au moyen-âge puis les changements sociaux établis sous l’ancien régime.

L'enfant apprenti au moyen âge : un apprentissage de la vie.Après ses 7 ou 9 ans, l'enfant de la famille médiévale, aussi bien les garçons que les filles, de n'importe quelle catégorie sociale, est envoyé dans une famille extérieure à la sienne ou dans sa famille éloignée (oncle, tante, cousins, etc.) afin d'y apprendre une éducation. Nous verrons donc dans cette première partie, le règlement autour de l'éducation de l'enfant et les règles de conduites, puisdans un deuxième temps nous étudierons le fonctionnement et les méthodes d'apprentissages.

Une réglementation et une conduite dictées par les « commandements d'un bon serviteur ».

Dans le monde médiéval, l'attachement aux enfants n'est pas présent. La famille ne joue qu'un rôle très secondaire dans l'éducation et le confie à autrui. Il y a donc, une séparation entre les parents et lesenfants.
L'enfant alors confié à une famille d’accueil, passe du statut d'enfant, au sein de sa propre famille, à celui d'apprenti, que l'on peut également nommer pensionnaire ou serviteur, mais si l'on se place dans le contexte de l'époque, on peut déterminer que les différences entre ces mots à l'heure actuelle ne l'étaient pas à l'époque, car quel que soit l'appellation, la notion de service enressort (lignes 49 à 51, p253). Il restera l'apprenti de la maison pour une durée de 7 à 9 ans, autrement dit jusqu'à ses 14/18 ans. Son rôle, tout au long de son apprentissage, est de servir, d'aider, d'apprendre les règles de vie de son maître et de le « faire bien et dûment » (l.44 page 253).

Il n'y a pas de liens familiaux qui vont être créés au niveau sentimental car les relationsfamiliales de l'époque ne sont pas basées sur les sentiments mais sur « l’œuvre commune » (l. 234 page 258) car « la famille était une réalité morale et sociale plutôt que sentimentale » (l. 235 page 258). Il n'existe pas ou peu de sentiments vis à vis de l'enfant dans la société médiévale. En effet, l'échange d'enfant (on parlera plus tard de contrat de louage) entre les familles se fait de manièrenaturelle, c'est une pratique inscrite dans les coutumes de l'époque, il n'y a donc pas de spécificité sociale, que l'on soit enfant de noble ou de paysan, c'est un « usage répandu de toutes les conditions » (l. 129, page 255). Il n'existe donc pas de distinctions ni d'exceptions « car toute éducation se faisait par apprentissage »(l.122, page 255). Les exceptions que l'on peut déceler selon les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Phillipe ariès, l'enfant et la vie familiale sous l'ancien régime
  • Phillipe ariès "l'enfant et la vie familiale sous l'ancien régime", 1960
  • Résumer l'enfant et la vie familiale sous l'ancien régime
  • l'enfant et la vie familiale sous l’ancien regime
  • L'enfant et la vie familiale sous l'ancien régime
  • Les corporation sous l'ancien régime
  • Les avocats sous l'ancien régime
  • Juridictions sous l'ancien régime

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !