L'art comme mémoire

Pages: 7 (1748 mots) Publié le: 14 mars 2013
L'art comme mémoire

Problématique : Comment préserve-t-on la mémoire et qu'apportent les artistes ?

Introduction

Par définition la mémoire est « une activité biologique et psychique qui permet de conserver et de restituer des informations. »
On parle aussi bien de mémoire individuelle que de mémoire collective. Il existe plusieurs type de mémoires : visuelle, auditive, de l'odorat etdu toucher.
Les artistes utilisent tous ces types de mémoire pour nous émouvoir à travers leur art.
Nous avons une mémoire sélective qui fait appelle aux souvenirs et aux émotions, elle nous sert au quotidien, sans elle nous ne pourrions pas vivre, c'est toute la complexité du mécanisme de notre mémoire.

I. Les mécanismes de la mémoire

A. Qu'est ce qui va faire qu'on va s'en souvenir ?Les émotions plus ou moins fortes que l'on a ressenties a un moment de notre vie, vont faire que l'on va s'en souvenir plus ou moins bien : c'est la sélection.
Avec le temps la mémoire sélectionne de plus en plus. La société nous impose des mémoires, c'est la mémoire collective. L’histoire, nous enseigne cette mémoire collective. On construit des monuments pour rappeler cette mémoire ouhistoire collective car la mémoire est fragile.

B. Pourquoi veut-on s'en souvenir ?

On veut s'en souvenir pour connaître, pour se rappeler, pour ne pas refaire les mêmes erreurs et pour survivre. Si nous n'avions pas de mémoire on ne pourrait pas se souvenir de grandes catastrophes comme Hiroshima ou la seconde guerre mondiale. On pourrait donc être amené à refaire les mêmes erreurs et àconnaître les mêmes drames.

II. La mémoire par la musique

œuvre :« Thrènes à la mémoire des victimes d'Hiroshima » de Krzystof Penderecki.

A. Introduction sur l’œuvre.

K. Penderecki a composé Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima entre 1959 et 1961. Cette œuvre écrite pour 52 instruments à cordes s'appelait à l'origine 8'37'', c'est-à-dire la durée de l'attaque d'Hiroshima le 6 août1945 qui a fait environ 250 000 morts.

B. Hiroshima.

Après l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, les Etats-Unis sont entrés en guerre contre le Japon .
Cette guerre fut très cruelle et très destructrice pour les militaires et aussi pour les populations civiles
Le 6 août 1945, pour mettre fin à ce conflit, les Etats-Unis vont utiliser une nouvelle arme de guerre très dangereuse.
A2h45, le bombardier B-29, dont l'équipage est composé de 12 hommes dont 4 scientifiquse et du pilote Paul Tibbets, est baptisé Enola Gay du nom de la mère du pilote, décolle avec à son bord une bombe atomique à l'uranium 235 d'une puissance de 15 kilotonnes, surnommée Little Boy.
Les conditions météorologiques sont très bonnes au dessus d'Hiroshima et la ville est choisie comme cible.
La bombe,recouverte de signatures et d'injures à l'adresse des Japonais, est lâchée en vol à 8h15, à près de 9 000 mètres au dessus de la ville. À 8h16, après 43 secondes de chute libre, la bombe explose à 600 mètre du sol.
L'explosion, équivalent à 15 000 tonnes de TNT, rase instantanément la ville. Le nombre total de mort est d'environ 250 000 et 62 000 bâtiments sont détruits.
L'Enola Gay atterritsix heures plus tard : son équipage est aussitôt décoré.
Quelques années après, le compositeur K. Penderecki composera « Thrènes à la mémoire des victimes d'Hiroshima ».

C. Krzystof Penderecki.

Krzystof Penderecki est un compositeur et chef d'orchestre polonais né a Debica le 23 novembre 1933.
Il a étudié au conservatoire de Cracovie avant d'y enseigner, puis d'en devenir le directeur en1972.
Il remporte en 1959 le premier prix du concours de composition de Varsovie. Il s'affirme ainsi d'emblée comme un grand compositeur de musique sérielle (musiques dont le principe de construction se fonde sur une succession préétablie et invariable de sons) ainsi qu'en témoignent ses premières compositions.
Dans les années 1960 à 1970, il utilise les instruments classiques comme des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'art comme mimesis
  • L'art est-il une marchandise comme une autre ?
  • Mémoire sur le marché de l'art
  • Peut on considerer l'art comme un langage ?
  • Louise bourgeois et l'art comme sublimation
  • Peut-on considérer l’art comme un langage ?
  • Peut on considérer l'art comme un langage
  • L'art comme médiation du fait religieux

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !