L'etranger d'albert camus

480 mots 2 pages
Dans un développement construits et illustré d’exemples, vous expliqueriez quels peut-être l’importance des premières lignes d’un roman et quel rôles elles jouent dans l’envie que le lecteur aura de poursuivre ou non sa lecture ?

Considérons le début d’un roman comme un texte, un objet qui matérialise la parole. Ainsi le message que l’auteur veut transmettre à son lecteur prend forme, il se serait comme durcit, Le texte est comme un objet qui médiatise la relation entre l’auteur et le lecteur. Les deux interlocuteurs sont séparés par cet objet qui vient s’intercaler comme un écran entre eux. Il n’y a pas un jeu de questions et de réponses comme dans la parole vivante, l’auteur ne peut pas voir à qui il adresse son message, et le lecteur ne peut pas voir qui lui adresse ce qu’il lit.
Ce qui pousse l’enfant à continué un dessin, ou un puzzle qu’il a commencé c’est sa motivation a voir le résultat final, pour le lecteur c’est la même chose, quand il commence un roman ce qu’il le motive à continué c’est de connaître la fin de savoir ce qu’il va se passé, ce que l’auteur cherche à lui transmettre. Il est souvent dit que l’incipit d’un roman est décisif sur le choix du lecteur de continuer ou non l’aventure à laquelle l’auteur l’invite. Quel est l’impacte de cet incipit, de ces premières phrases sur le désir du lecteur ? Quelles sont les techniques dont dispose l’écrivain pour attirer l’attention du lecteur ?

Les premières lignes d’un roman constituent la première impression du lecteur, en général elle plante le décor, les personnages, elles sont une indication du genre du roman (polar, histoire vrai…). Elles donnent aussi un premier aperçu du style de l’auteur.
On nomme les premières phrases d’un roman incipit, celui-ci répond généralement à trois caractéristiques, il informe en mettant en place les lieux, les personnages et la temporalité du récit, nous pouvons voir ce genre d’incipit dans le roman de Gustave Flaubert « Salammbô » (1862) celui-ci commence

en relation

  • Peut-on reprocher au roman d’entretenir les rêves et illusions du lecteur ?
    1411 mots | 6 pages
  • Le poète se reconnaît à la quantité de pages insignifiantes qu’il n’écrit pas
    708 mots | 3 pages
  • Bel ami
    1519 mots | 7 pages
  • Bel ami
    2026 mots | 9 pages
  • Guerre de 14
    14904 mots | 60 pages
  • L'étranger de albert camus
    498 mots | 2 pages
  • L'Étranger d'Albert Camus
    1234 mots | 5 pages
  • L'étranger d'albert camus
    742 mots | 3 pages
  • L'etranger d'albert camus
    740 mots | 3 pages
  • L'etranger d'albert camus
    1440 mots | 6 pages
  • L'étranger d'albert camus
    280 mots | 2 pages
  • L'étranger d'albert camus
    453 mots | 2 pages
  • L'etranger d'albert camus
    1016 mots | 5 pages
  • L'etranger d'albert camus
    933 mots | 4 pages
  • l'etranger albert camus
    1234 mots | 5 pages