L"épargne est-elle un préalable nécessaire à la croissance?

Pages: 6 (1444 mots) Publié le: 9 janvier 2011
Dissertation de SES


« L'épargne est l'origine du capital comme elle est la justification morale du capitalisme, puisqu'elle représente une privation, un effort et même un sacrifice. Car celui qui ne consomme pas tout ce qu'il a gagné pense aux autres au lieu de penser à lui-même. Il pense à ses enfants, à ses successeurs. Il pense, sans le savoir à tout le monde. Il n'y a eu decivilisation qu'à partir du jour où des hommes, au lieu de manger tout le gibier de leur chasse et de se gaver, ont fumé ou salé de la viande, ce qui a permis à la tribu de se livrer à d'autres travaux. », cette citation de Jacques Bainville, tirée de l'Action française écrit le 6 juin 1925, défend le rôle de l'épargne dans la vie économique d'une société. L'épargne est constituée de la partie du revenudisponible des ménages qui n'est pas consacrée à une consommation immédiate, qui n'est pas consommée. Les économistes la considère comme une consommation différée dans le temps. L'épargne à son rôle à jouer en ce qui concerne la croissance économique. Elle peut être vertueuse ou bien vicieuse pour celle-ci. Alors dans quelle mesure l'épargne est-elle un préalable nécessaire a la croissance?
Nousverrons dans une première partie que l'épargne permet à l 'économie d'investir et qu'elle dynamise la croissance. Dans une seconde partie nous verrons que l'épargne à excès peu avoir des effets pervers sur la croissance.

L'investissement est un moyen de relancé la croissance car il rend plus productif le travail humain, il a pour condition préalable l'épargne. Celui-ci peut être financer avecun financement interne, par le biais des profits non distribués de l'entreprise ou avec un financement externe en utilisant l'épargne des ménages en faisant notamment appel aux marchés financier. Ainsi la capacité à épargner des entreprises et des ménages expliquent l'investissement, car l'épargne en est le seul facteur.
En effet l'épargne est le seul déterminant de l'investissement. Pour lesnéo-classiques, les entreprises ne vont regarder que les conditions de rentabilité et de financement de l’investissement et ne vont pas s’intéresser aux conditions de la demande. L’entreprise en produisant verse des revenus équivalents qui sont la consommation qui sert à acheter des biens et services qui vont être détruits et l’épargne . Comme celle-ci sera placée, elle servira à financerl’investissement matériel ou immatériel. Ainsi , la production trouve toujours un débouché car l’intégralité des revenus versés servent à l’achat d’un bien qu’il soit de consommation ou d’investissement. Le seul déterminant de l’investissement est donc l’épargne qui peut être directe c'est à dire provenir directement du profit des entreprises ou indirecte donc provenir de la part des ménages et de leurplacement sur les marchés financiers.
Le profit reste l'alternative la moins coûteuse et la plus simple pour les entreprises, il a un rôle déterminant sur l'investissement comme peut l'affirmer le théorème de Shmidt: « les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain et les emplois d’après-demain. ». Lorsque les bénéfices sont élevés cela permet de financer l'investissement mais ausside le dynamiser car un fort niveau de profit est un signe de rentabilité et incite les entreprises à investir encore plus pour avoir plus de profit . Un cercle vertueux se crée alors, les profits génèrent de l’investissement qui assure un nouveau cycle de profit et donc d’investissement à nouveau.
Mais l'épargne des entreprises est très souvent insuffisante pour l'investissement. Elles font doncappel à celle des ménages. La différence avec le financement interne est que cette épargne a un coût qui est le taux d’intérêt réel, d’après les néo-classiques. Ainsi, avant d’emprunter et donc investir, l’entreprise doit vérifier la rentabilité de cet investissement et va investir si elle fait un profit supplémentaire. Donc plus le taux d'intérêt sera faible, plus il y aura des projets...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • epargne est t'elle un frein à la croissance?
  • Epargne, frein ou moteur à la croissance ?
  • Dans quelle mesure des taux d'intérêts faible sont-ils nécessaire à la croissance
  • L’épargne est telle toujours nécessaire a la croissance ?
  • Epargne et croissance
  • Épargne et croissance
  • Épargne et croissance
  • Epargne, croissance

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !