L´immigration polonalise et la colonisation du sud du brésil

10399 mots 42 pages
Márcio de Oliveira*

L’immigration polonaise et la colonisation du Sud du Brésil1

es études sur l’immigration au Brésil ne s’éloignent pas des grands schémas qui expliquent l’immigration européenne vers les pays du Nouveau Monde. Il est possible d’y repérer deux modèles ni contradictoires ni forcément restreints à des cas particuliers. D’abord le modèle de l’immigration spontanée dans lequel les facteurs d’expulsion sont plus importants que ceux d’attraction. En termes macrosociologiques, l’industrialisation et l’avancée du capitalisme ont détruit les bases de l’économie paysanne et ont chassé les paysans, les incitant à partir [Gabaccia et al., 2006]. Le manque de terre et de travail, l’explosion démographique, l’image de l’Eldorado outre-Atlantique, les lettres d’encouragement envoyées par les premiers arrivés, les avancées techniques des chemins de fer (permettant aux individus de se rendre plus facilement aux villes portuaires) et des paquebots (rendant la traversée moins coûteuse et plus rapide) figurent parmi les facteurs d’émigration les plus significatifs [Zolberg, 2006, p. 37-38]. Pour Torpey [2006, p. 22-25], s’y ajoute la « liberté de partir » (l’élimination des interdictions de départs) et le processus d’émancipation des paysans (la fin du servage) de l’ouest vers l’est de l’Europe au cours du XIXe siècle. Ce concours de circonstances serait ainsi à l’origine de la grande diaspora des Européens vers les Amériques entre les dernières décennies du XIXe et le début du XXe siècle.

L

* Márcio de Oliveira est professeur de sociologie à l’Université fédérale du Paraná, Brésil. 1. Cette recherche a bénéficié du soutien de la CAPES/Brésil. L’auteur tient à remercier l’« Arquivo Público do Paraná » et le « Museu Paranaense », ainsi que Mr Ignacy Sachs (EHESS) et Mr Marcin Kula (Université de Varsovie) pour leurs conseils et critiques.

95

L’immigration au Brésil 96

Le deuxième modèle est celui de l’immigration subventionnée par les pouvoirs

en relation