W. white : the social life of the street

Pages: 7 (1629 mots) Publié le: 17 août 2013
W. White : The social life of the street
Méthode : Caméras focalisées sur des coins de rues Enregistrement de l’activité pendant 2 semaines. Intérêt pour les conversations durant 1 minute ou plus.
Les personnes qui s’arrêtaient pour parler ne s’écartaient pas du flux principal de piétons ; et s’ils étaient en dehors du flux, ils s’y déplaçaient dedans. La grande majorité des conversationsavaient lieu au milieu du flux de piétons. La raison pour laquelle les gens se comportent comme cela est indéterminée. Il est compréhensible que les conservations commencent originellement dans le flux principal où il y a le plus de gens, donc la probabilité d’une rencontre ou d’une « prise de congé » de quelqu’un est plus haute. Ce qui est plus compliqué à expliquer, c’est l’inclinaison à resterdans le flux : Cela semble pourtant être un choix instinctif. Au centre de la foule, nous avons le maximum de choix (arrêter, basculer, continuer). Ce qui attire le plus les gens, ce sont les autres personnes.
Les meilleurs endroits à regarder sont les coins de rue. Généralement, 100% des conversations sont repérées le plus souvent dans des carrefours très animés. S’il n’y a pas de différencessignificatives entre les hommes et les femmes, les hommes ont tendance à parler plus longtemps que les femmes. Au pic de trafic du midi, les piétons doivent marcher en rang unique. Et c’est à ce moment-là que le trottoir est susceptible d’être bloqué par des conservations. Mais les piétons sont étonnamment tolérants des bloqueurs.
Les personnes qui attendent d’autres personnes sont intéressantesà observer, particulièrement quelques minutes après l’heure fixe. Mais les plus intéressantes sont celles qui rencontrent des gens qu’ils ne s’attendaient pas à croiser. On pourrait parler de « chance », mais en réalité avec les milliers de gens qui passent à un endroit chaque heure, il y a une vraie probabilité que quelqu’un voit un ami, une connaissance,… La probabilité est encore plusimportante quand on sait qu’un même groupe est souvent dans la rue au même moment (ex : autour de 14h, ce sont les gens plus âgés et moins pressés qu’à 13h où ils sont plus jeunes et sont des « middle management people »).
Environ 30% des conversations observées apparaissaient être imprévues. Certaines rencontres étaient trop brèves pour se développer en conservation (« Bonjour » et signe de la main).D’autres étaient des tentatives bizarres, aucune des deux parties ne sachant si il fallait s’arrêter ou continuer son chemin. Mais la plupart durèrent 3 minutes ou plus. Si une des personnes étaient avec un groupe, s’en suivait alors parfois un tour d’introductions et de serrage de mains.
La plupart des « Au revoir » sont brefs. Mais certains sont prolongés, particulièrement quand il y a unesuite de « Au revoir » ratés (une série de faux « Au revoir » menant au réel et final « Au revoir »).
Exemple du « Schmoozing » : Littéralement, cela signifie « Nothing talk » (au sujet de ragots, du sport, d’opinions,… mais pas de business). Les groupes ont tendance à se former le long de lignes professionnelles : Les vendeurs discutent avec les vendeurs, etc. Certains de ces schmoozers sont desretraités qui aiment revenir aux alentours de midi pour rester en contact. Le lieu où ils se rencontrent est un endroit affreux (brillant, trafic intense, pas de verdure,…). Mais si on demande aux schmoozers s’ils préféreraient un endroit plus ouvert uptown, ils vous regardent en pensant que vous êtes fous. Parce que là-bas, les gens ne travaillent pas ! Les groupes de schmoozing sont tout saufstatiques. Certains dureront qu’une dizaine de minutes et puis se dissoudrons pour être remplacés par d’autres groupes. D’autres groupes vont continuellement se renouveler, avec des nouveaux qui arrivent quand d’autres quittent le groupe. Ensuite, il y a les gens qui errent, vagabondent. Ceux-ci sont souvent des hommes âgés, à en juger par la déférence entre eux. Ils s’arrêtent pour discuter avec...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • The life of places
  • Traduction de "The white lady of the lake"
  • The deeper meaning of life
  • Life at the turn of the 19th century
  • The life.
  • The life
  • The presidency of the eu
  • The Parade Of The Zeroes

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !