Illusions perdues

par

Résumé

Cette œuvre écrite par Honoré de Balzac fut publiée en trois parties entre 1836 et 1843, et considérée comme son meilleur roman d’après certains de ses pairs. Ce récit écrit sous la forme d’une biographie raconte les illusions perdues d’un jeune poète angoumoisin.

La première partie intitulée « Les Deux poètes » raconte la vie de Lucien Chardon – qui préfère qu’on l’appelle Lucien de Rubempré, d’après le nom de sa mère –, un jeune homme âgé de vingt ans, poète, très ambitieux, qui lie une forte amitié avec David Séchard, un jeune homme de son âge, qui épousera sa sœur Ève. Les deux amis s’apprécient, se respectent et ne se séparent jamais. David a racheté une imprimerie à son père, homme avare qui la lui vend dans des conditions défavorables. Il s’approchera de la ruine mais grâce au dévouement de sa femme, il réussit à s’en sortir en trouvant une procédure pour produire du papier à faible coût et d’une meilleure qualité.

Lucien, quant à lui, vit une histoire d’amour avec Mme de Bargeton, l’épouse d’un notable, qui a quinze ans de plus que lui. Elle aime ses poèmes, sa voix, sa beauté ; elle l’encourage à écrire tout en lui faisant découvrir la vie aristocratique d’Angoulême. Le jeune homme d’abord très inspiré par ce mode de vie a des illusions qu’il perdra par la suite. Les deux amants décident de quitter Angoulême pour se rendre à Paris, car notre poète rêve d’une grande carrière.

 En compagnie de sa concubine, Lucien s’installe à Paris, commence à écrire des poèmes, mais sans rencontrer un réel succès. Son amante fait d’importantes connaissances, elle s’introduit dans le monde aristocratique de la capitale, se fait inviter dans les salons les plus connus et abandonne petit à petit le rêve qui les avait poussés à faire ce voyage. Leur relation amoureuse s’éteint peu à peu.

Lucien a beaucoup de difficultés financières, il demande l’aide de David, son ami d’enfance, et à chaque fois David lui envoie la somme demandée. Ne réussissant pas à surmonter ses difficultés malgré le soutien de David, il décide d’écrire pour des journaux ; ses premiers articles connaissent un grand succès et commencent à le faire connaître. Il fait la connaissance de Coralie, une jeune actrice dont il tombe amoureux ; ils passent de bons moments ensemble et découvrent à leur tour l’aristocratie de la capitale.

Lucien mène une vie de luxe jusqu’au jour où il décide d’écrire pour un journal royaliste, alors qu’il écrivait jusqu’alors pour un journal libéral. Ce changement lui attire beaucoup d’ennuis, il se fait beaucoup d’ennemis, ses amis le repoussent, il se fait même battre et humilier à l’occasion d’un duel. Il n’a plus personne pour le soutenir ; Coralie meurt dans des conditions pitoyables en essayant d’apporter de l’aide à son amant.

Lucien est ruiné, il envisage de retourner dans sa ville natale mais il n’a pas un sou. Il rencontre Bérénice, une gentille prostituée qui a pitié de lui ; elle lui donne 20 francs. Lucien a beaucoup de mal à accepter cet argent mais il n’a pas le choix. Il retourne à Angoulême avec cet argent en poche.

Le troisième et dernier chapitre, écrit bien après les deux premiers, est intitulé : « Les souffrances de l’inventeur » ou bien « Ève et David » dans une précédente publication. Le narrateur s’y intéresse de plus près à David, le fidèle ami de Lucien et le mari exemplaire d’Ève.

David travaille toujours dans l’imprimerie achetée auparavant à son père, il connaît une certaine réussite grâce à sa découverte, il a plusieurs employés, mais l’un d’eux est un espion qui travaille pour les frères Cointet, qui eux aussi possèdent une imprimerie et sont ses concurrents directs. L’espion transmet à ses employeurs les idées de David. Devant cette concurrence malhonnête, David n’arrive plus à s’en sortir, il est surendetté et finit par aller en prison à cause d’un échange de faux billets avec Lucien. Attristé par cette mauvaise nouvelle, se sentant coupable de ce qui est arrivé et ne trouvant pas d’issue pour aider son ami à qui il doit beaucoup, Lucien est envahi par le désespoir et tente de se suicider, mais il est sauvé au dernier instant de la noyade par Carlos Herrera, un ancien prisonnier espagnol qui le croise par hasard. Lucien lui raconte toute son histoire et Carlos lui propose un marché : il lui donnera l’argent qu’il lui faudra, mais à condition qu’il l’accompagne et qu’il suive toutes ses instructions. Lucien accepte sans hésitation. Il envoie l’argent nécessaire à David pour sortir de prison ; un accord est trouvé avec les frères Cointet pour utiliser la formule de David. Celui-ci va par la suite en compagnie d’Ève vivre à la campagne, tandis que Lucien accompagne Carlos Herrera dans un mystérieux voyage à Paris qui sera traité dans Splendeurs et misères des courtisanes, œuvre parue en 1844.

L’auteur dans ce récit a créé un personnage propre à raconter sa vie indirectement ; en effet, lui aussi s’est rendu à Paris à l’âge de vingt ans. Son père et son beau-frère avaient un projet en commun qui n’a pas rencontré le succès ; il a lui aussi investi dans le domaine de l’imprimerie mais il connut un échec complet. Balzac tomba par ailleurs amoureux d’une femme mariée âgée de plus de quinze ans que lui, Mme De Berny. Notre auteur a connu beaucoup d’échecs dans sa carrière et travailla aussi pour des journaux en écrivant des articles et des poèmes dans l’espoir de rembourser ses dettes. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >