L’Aigle à deux têtes

par

Table des matières

Résumé

Pour Jean Cocteau, la pièce de théâtre L’Aigle à deux têtes marque l’avènement d’une figure nouvelle dans le monde théâtral : celle du « comédien-tragédien », qui évolue dans un univers où confluent destinée tragique et simple humanité. Le dramaturge s’inspire des détails de l’assassinat de l’impératrice d’Autriche, Élisabeth de Wittelsbach, par un anarchiste, pour tisser une histoire d’amour, de mort, de choix et de destin.

Dix ans après l’assassinat de son époux, la Reine se retrouve au château de Krantz, dans ce qui aurait dû être leur chambre nuptiale, pour célébrer seule un macabre anniversaire de mariage. La table a été dressée par un ami du roi, le duc Félix de Willenstein, fervent admirateur de la Reine, et par la lectrice de cette dernière, Édith de Berg, qui l’espionne pour le compte de l’archiduchesse, la belle-mère de la Reine. Un orage éclate. Édith est terrifiée tandis que la Reine y prend plaisir. Celle-ci congédie sa lectrice puis est interrompue dans sa commémoration par l’irruption d’un jeune fugitif blessé, passant par une fenêtre laissée ouverte. Le jeune homme est le sosie du Roi et la Reine, émue, le dissimule, pour apprendre par la bouche d’Édith qu’il s’agit d’un assassin chargé d’éliminer la Reine. Perspicace, cette dernière en déduit l’identité du jeune homme : un certain Stanislas, qui avait rédigé un poème pamphlétaire contre sa personne. Pour la Reine, c’est un signe du destin : au cours d’un monologue, elle lui intime donc d’accomplir sa mission afin qu’elle cesse d’être morte et vivante à...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de L’Aigle à deux têtes