Odelettes

par

Résumé

On connaît essentiellement Gérard de Nerval pour trois raisons : d'abord, pour ses nouvelles ; ensuite, pour son travail de dramaturge ; enfin, pour son travail de traducteur, qui permet à la France de découvrir l'art romantique allemand. Mais Nerval a aussi fait œuvre de poète ! À la fin des années 1820 et, par extension, au début des années 1830, il écrit notamment cinq recueils de poésie engagée dont l'un porte un titre très révélateur de sa démarche : Nos adieux à la Chambre des Députés ou « allez-vous-en, vieux mandataires ». Ces cinq recueils n'ont pas marqué l'histoire littéraire et cela peut se comprendre du fait que, s'attaquant à des éléments politiques ponctuels, ils ont mal vieilli – les gens, la situation auxquels ils font référence ne résonnent plus en nous aujourd'hui. Mais Gérard de Nerval a aussi composé deux autres recueils et ceux-ci ne sont pas politiques ; au contraire, ils rejoignent l'attitude lyrique qu'on trouve habituellement chez les romantiques.

 

            La forme des poèmes n'est pas régulière (elle ne correspond pas à une forme classique réglementée), ainsi nous préciserons pour chacun d'eux quelle est la composition technique.

            « Nobles et Valets » : alexandrins en rimes embrassées, trois quatrains ; Nerval fait l'éloge des nobles superbes qu'on ne trouve plus que dans le passé et dans la fiction. Il suppose que si l'un d'eux ressuscitait au moment où il écrit, il serait consterné de voir comment sa descendance a dégénéré. Nerval semble regrette que ces nobles superbes se soient...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Odelettes