2E gm

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2117 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La bataille de Koursk est selon moi une des batailles qui divise le plus les historiens. L’opération « Citadelle », qui débuta le 5 juillet 1943 a Fait couler depuis quelques années beaucoup d’encre. Présentée comme l’offensive allemande de la dernière chance, cette confrontation qui devait trancher le sort de la guerre à l’est a été victime de la publicité qu’on lui a accordée, et à lacomplexité des opérations militaires sur le front de l’est se sont substituées des images d’Epinal simplificatrices qui ont faussé la perception. Car bien que la bataille soit une défaite stratégique allemande, on n’oublie souvent que la Wehrmacht a obtenu quelques succès.
Situation amenant à la bataille de Koursk :
L’année 1943 avait commencé au plus mal pour l’Axe avec la défaite de Stalingrad, etsurtout de la formidable contre-offensive soviétique qui la suivit et qui faillit bloquer plus d’un million de soldats allemands dans le Caucase. Heureusement, la Wehrmacht réussit à stabiliser tout le front sud au début du printemps grâce à la contre-offensive victorieuse aux alentours de Kharkov en détruisant la 6e Armée soviétique et le groupement mobile Popov.
Ainsi, le front oriental étaitstabilisé de Leningrad jusqu’à Rostov-sur-le-Don. Mais, un point noir subsistait dans la ligne de front : un énorme saillant de 200 km de long et 150 km de profondeur d’où pourrait s’élancer les prochaines contre-offensives soviétiques. La réduction de ce saillant devint alors pour les Allemands inéluctable.

La stratégie allemande :
En reprenant l’initiative stratégique à la fin de l’hiver,deux conceptions s’opposent quant à la poursuite des opérations. Soit reconstituer la Panzerwaffe à l’est pour en faire un outil de contre-offensive, soit obtenir une victoire décisive sur les Russes pour les rendre momentanément inoffensifs avant l’ouverture d’un second front à l’ouest.
Ainsi, le generalfeldmarschall von Manstein proposa les plans du « revers » et du « coup droit » (comme autennis). Le « revers » consistait à un abandon stratégique des rives du Donetz et du Mious pour laisser s’engouffrer les forces soviétiques, puis après retomber sur leurs arrières. Les forces soviétiques seraient alors acculées à la mer d’Azov, puis encerclées et détruites. Ainsi, ce plan offrait à l’Ostheer un répit durable consécutif à la nécessité des soviétiques de régénérer une nouvelle foisleurs forces.
À ce plan séduisant mais téméraire fut rapidement préféré celui du « coup droit » qui soutenait une bataille d’encerclement mené contre le saillant de Koursk.

Ce plan consistait en une opération d’encerclement en tenailles, caractéristique de l’armée allemande de la première moitié de la guerre. Ainsi, il y avait 2 groupements, un au nord (IX. Armee) et un au sud (IV. Panzerarmee),qui devaient mener une action de pénétration sur un axe nord sud du front soviétique à la base du saillant de Koursk, large de 250 à 300 km. Ces deux pinces se rejoindraient et encercleraient les forces qui défendent ce saillant.
Initialement prévue pour début mai, l’opération « Citadelle » fut repoussée au 5 juillet 1943. Elle fut notamment repoussée pour permettre une plus grandeconcentration de chars allemands de nouvelle génération tels que les Pz V « Panther », le Pz VI « Tiger », les chasseurs de char lourd « Elefant »,…
La stratégie Russe :
Après que plusieurs grandes unités soient annihilées par les Allemands avec leur contre-offensive de Kharkov, les Russes choisirent de reconstruire les forces perdues pendant l’hiver, et donc de suspendre toute contre-offensive. En plus,ayant perdu l’initiative stratégique, la balle ne se trouvaient plus dans leur camp.
Renseignée grâce aux reconnaissances aériennes, et grâce à la célèbre Lucie (Rudolf Roessler, un agent infiltré), la Stavka reconnut dans le saillant de Koursk le lieu de la prochaine grande offensive allemande. L’Armée Rouge décida alors de fortifier le saillant de plusieurs lignes de défenses. Au point que...
tracking img