Absurde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (303 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Définition
- Étymologie : Le mot absurde vient du latin absurdus qui signifie « dissonant » (cf. Cicéron, De Oratore, III, 41).
- L'absurde est ce qui est contraire et échappe à toutelogique ou qui ne respecte pas les règles de la logique.
- L'absurde est avant tout un degré de comique très élevé. Il signifie ce qui n'est pas en harmonie avec quelqu'un ou quelquechose, par exemple, une conduite absurde est un comportement anormal, un raisonnement absurde est un raisonnement complètement illogique.
- Loin d'être apprécié par tous, l'absurde acomme père Alfred Jarry avec son livre Ubu Roi.
L'absurde est ce qui produit un effet de non-sens. Cette notion est souvent utilisée pour désigner un certain type de littérature. Parmi lesromans les plus connus traitant de l'absurde figure L'Étranger d'Albert Camus

Littérature
- La littérature de l'absurde, majoritairement représentée par le théâtre de l'absurde, estnée après la Seconde Guerre mondiale. On qualifie ainsi de nombreuses pièces d'Eugène Ionesco, Samuel Beckett ou encore Fernando Arrabal. L'absurde met au premier plan des textescomplexes.

Philosophie
- Dans l'existentialisme, l'adjectif absurde est utilisé pour caractériser ce qui est dénué de tout sens préétabli. Le substantif absurde est utilisé pour évoquerl'absurdité du monde, de l'humanité et de sa condition, lesquels ne sont en rien justifiés.
- La conscience de l'absurde apparaît en philosophie avec Arthur Schopenhauer qui y voit lasource alimentant son pessimisme. Plus récemment cette conscience de l'absurde se retrouve au cœur de l'existentialisme, notamment français avec Albert Camus, Jean-Paul Sartre et d'autres,qui en explorent les dimensions éthiques et esthétiques.
- La théologie apophatique s'interroge sur ce que Dieu n'est pas et suscite plusieurs réflexions sur la notion de l'absurde.
tracking img