Amadeus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1187 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Amadeus, de Milos Forman

Résumé :
Enfermé dans un asile après avoir tenté de se suicider, le vieux musicien Salieri s'accuse à un prêtre d'être le meurtrier de Mozart et lui raconte les circonstances de son forfait. Alors qu'il était compositeur officiel à la cour d'Autriche, Salieri avait été frappé par le génie musical du jeune Mozart en même temps que choqué par ses manières vulgaires.Lui-même austère et appliqué, il avait trouvé injuste de la part de Dieu d'accorder une si grande facilité d'inspiration à un homme si grossier. Salieri s'était alors employé à contrer la carrière de Mozart tout en feignant d'être son ami et l'avait réduit à la misère. 

1.
Le scénario du film “Amadeus” qui a été adapté au cinéma par Milos Forman est en fait une adaptation de la pièce de théâtrede Peter Schaffer qui porte le même nom. Dans la pièce, comme dans le film, Milos et Peter prennent le parti de ne pas se focaliser sur l’aspect biographique de Mozart mais à la relation entretenue avec Salieri. Le film s’étend sur 10 ans : de l’arrivée de Mozart à Vienne jusqu’à sa mort mais les deux metteurs en scène prennent tous deux des libertés avec l’Histoire en ne disant pas seulement laréalité historique, par exemple que ce n’est pas Salieri qui commande le fameux Requiem qui tue Mozart mais le comte von Walsegg. Mais ces libertés sont intégrées subtilement dans le récit de Forman grâce à la confession de Salieri. Une subtilité extrêmement forte puisque cette confession recouvre l’intégralité du film. Ce n’est pas au hasard que Forman a choisi cette façon de faire : Laconfession à un prêtre rappelle toujours la notion du religieux. La religion qui est un sujet important dans la vie de Salieri, il se sent alors trahi par Dieu et transforme alors la haine contre Mozart en un combat personnel avec Dieu lui-même.

2.
Un nombre incalculable de figurants et beaucoup de personnages ayant un rôle important dans l’histoire jouent dans ce film. Cependant on peut en tirer lesprincipaux : Tout d’abord Mozart et Salieri qui est compositeur de la cour. Ce sont les deux personnages principaux de ce film. Ensuite on peut aussi citer : l’empereur Joseph II, Orsini-Rosenberg et le reste de la cour, la cantatrice qu’aime Salieri jouée par Christine Ebersole, Schikaneder l’ami de Mozart, Constance sa femme, et enfin la mère de celle-ci qui donnera à Mozart, l’illumination de lareine de la nuit pour son opéra « La flûte enchantée ». Il y a ensuite une multitude de petits rôles qui ont juste de temps à autre un impact mais qui n’est pas forcément central. Tous les acteurs sont épatants mais surtout, Tom Hulce qui je trouve, est fascinant dans son rôle de Mozart, à la fois grotesque avec son rire en cascade, paillard et en même temps pourvu d’un talent et une finesseremarquable dans sa musique.

3.
Les œuvres de Mozart sont omniprésentes durant toute la longueur du film mais toutefois, Forman n’a pas réalisé un film musical. Effectivement, la musique ne prend jamais le dessus sur le côté cinématographique de l’œuvre car il n’a pas filmé la musique, il l’a intégrée. Durant l’heure et demie que dure l’histoire, nous entendons de grands classiques comme : « LaFlûte Enchantée »,  « L’Enlèvement au Sérail », « Les Noces de Figaro », « Don Giovanni », ou encore le célèbre « Requiem ». Je pense que la musique est toujours parfaitement en accord avec le scénario ; Forman a su trouver le juste milieu. Le son est parfaitement réglé ; fort ou faible quand il le faut. Chaque moment important est souligné par une des œuvres et transporte totalement le spectateur.Il n’y a rien à redire et c’est là, je trouve, une immense réussite.

4.
Le film se déroule en partie à la cour de Vienne. On peut remarquer que comme dans toutes les monarchies absolues ou dans tous les empires de cette époque, le roi ou l’empereur sont tout puissant ; on fait tout pour plaire ; personne n’ose vraiment le contester. Cela se reporte aussi sur la musique : si le roi n’aime...