America magica

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1255 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
America Magica est un livre écrit par Jorge Magasich et Jean-Marc de Beer et publié en 1994. La roman a pour sujet le nouveau monde et les conquêtes, les deux auteurs, passionnés par cette époque ont voulu partager anecdotes et croyance de la Renaissance. En effet, le XVème siècle marque un tournant pour le monde, c’est l’époque des grandes découvertes. Le monde inconnu, ou comme il est souventmentionné : le nouveau monde est un véritable attrait pour les explorateurs de l’époque tout comme pour la population. Le chapitre auquel nous nous intéressons porte sur les animaux fabuleux, mais il est important de dire que le livre traite également d’autre sujet comme « la chasse à l’or » ou bien « la recherche d’un paradis terrestre ».
Les sources écrites mobilisées par les auteurs sont lesbestiaires d’animaux ou bien même encore les récits d’explorateur. Les images présente dans le chapitre datant du XVème siècle, il est important de soulever que les images sont aussi des sources mobilisées pour l’écriture de ce livre.
Ce texte s’interroge sur la perception du monde à l’époque des grandes découvertes et en particuliers sur la vision des êtres fabuleux qui ont fascinés pendant dessiècles. La période des grandes découvertes et un tournant sur la vision des animaux et des êtres fabuleux.

Le chapitre 7 est intitulé « Des êtres prodigieux ». Ce chapitre traite essentiellement des animaux fabuleux. Les auteurs nous décrivent la vision de ces animaux dans la société, mais aussi la vision de ces animaux par les explorateurs. Tout au long du chapitre on peut voir que le mythede ces bêtes fabuleuses est entretenu. Voire plus, on rapprocher certains de ces êtres à des éléments biblique.
Le Moyen Age est une société où l’on n’a pas vraiment de connaissance sur le règne animal. Les espèces ne sont ni classés, ni différenciés et l’on apprend dans le texte que la société ne ressentait pas le besoin, ni la nécessité de classer de façon méthodique les espèces. EN effet, laGenèse expliquait l’origine des animaux, par conséquent la société moyenâgeuse, alors, très croyante expliquait l’origine et la classification selon les jours de création de Dieu : les poissons et les oiseaux furent créer au cinquième jour alors que les animaux domestiques furent créer au sixième jour. Cela réalisait donc une classification biblique. Cependant, la bible « imposait » aussi uneautre classification : il s’agissait de différencier les animaux purs des animaux impurs. Pourtant les intellectuels du Moyen Age croyaient en la présence d’autres animaux inconnus, mais aussi de population différente, avec des traits de visages exotique sou des peaux plus foncées. La représentation des animaux se faisaient surtout par l’imagination, et cette imagination a donné naissance à denombreux êtres fabuleux, comme la licorne par exemple. Il n’existait pas au Moyen Age de réel livre répertoriant les animaux, Aristote, pendant la période de l’Antiquité avait réalisé une sorte de bestiaire.
Saint Isidore réalise alors un bestiaire où les animaux sont divisés en huit catégories : les animaux domestiques, les animaux sauvages, les petits animaux, les serpents, les vers, les poissonsles oiseaux puis les insectes. Cependant le saint admet aussi l’existence d’être prodigieux, et moins prodigieux comme les sirènes par exemple qu’ils jugent comme étant des filles de joies (il s’appuie sur les textes antiques). La nouvelle Zoologie de Saint Isidore permet aux hommes du Moyen Age de se représenter le monde.
Les bestiaires, avec leur enluminures étaient de véritables objetd’éducation chrétienne, en effet, les créatures fabuleuses et inconnus à cette époque était de parfaite illustrations pour comprendre la Bible. Cependant l’interprétation que se faisait les hommes du Moyen Age face aux animaux décrits donnait souvent naissance à des êtres fabuleux, le texte prend exemple du rhinocéros qui donna naissance à la licorne et au monocéros. Le prochain exemple mis en évidence...
tracking img