amina

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3653 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 septembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
1. L’auteur : Guy de Maupassant
Guy de Maupassant, né Henry-René-Albert-Guy de Maupassant le 5 août 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arques et mort le 6 juillet 1893 à Paris, est un écrivain français. Lié à Gustave Flaubert et à Émile Zola, il a marqué la littérature française par ses six romans, dont Une Vie en 1883, Bel-Ami en 1885, Pierre et Jean en 1887-1888, mais surtout parses nouvelles (plus de 300), parfois intitulées contes, comme Boule de Suif en 1880, Les Contes de la bécasse en 1883 ou Le Horla en 1887. Ces œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence du fantastique et la maîtrise stylistique. La carrière littéraire de Guy de Maupassant se limite à une décennie – de 1880 à 1890 – avant qu’il sombre peu à peu dans la folie et meure àquarante-deux ans de la syphilis. Reconnu de son vivant, Guy de Maupassant conserve un renom de premier plan, renouvelé encore par les nombreuses adaptations filmées de ses œuvres.
2.1. La fable
La forme du Horla est celle d’un journal intime. Le narrateur s'y exprime à la première
personne. Il nous rapporte son trouble et ses angoisses : il sent autour de lui la présence
d’un être invisible,présence qui le conduira peu à peu à des actions démentes et
irrationnelles. Dans les dernières lignes de la nouvelle, face à la persistance de cette
présence, il entrevoit sa propre mort comme ultime délivrance.
Prenant ancrage dans le surnaturel, cette œuvre porte en elle d’extraordinaires
contrastes dans les niveaux d’intensités de langage.
L’histoire débute en Normandie, près de Rouen,au printemps. Le narrateur se repose
dans son jardin. Il observe un convoi de navires traverser la Seine et remarque un
magnifique trois-mâts brésilien.
Cinq jours plus tard, le narrateur se sent envahi par une mélancolie inexplicable.
L’angoisse d’un danger imminent l’étreint, il devient insomniaque.
Il va consulter un médecin qui lui prescrit un traitement.
Nullement soulagé, lenarrateur est en proie à une terreur inexplicable. Ses nuits sont
hantées par un cauchemar récurrent, au cours duquel il est agressé par un être invisible.
Son état empire au fil des jours. Il se sent suivi par une présence invisible tout près de lui.
Le narrateur part visiter le Mont-Saint-Michel. A son retour il pense être enfin guéri. Au
cours de sa visite, un moine qui l’accompagnait lui afait le récit d’une légende locale, qui
l’a troublé.
Dès son retour à Paris, début juillet, les cauchemars reprennent : il sent sur lui une
présence qui aspire sa vie.
La nuit suivante, il se lève et trouve sa carafe d’eau vide, sans qu’il se souvienne avoir bu
dans la nuit. Celle d’après, il laisse délibérément une carafe d’eau et une de lait pleines. Le
lendemain, la carafe d’eau estvide, celle de lait entamée.
Il décide de passer quelques jours à Paris. Dès le premier jour, il se sent mieux, au point
d’être persuadé d’avoir été victime de son imagination.
Au cours d’une soirée chez sa cousine, le narrateur rencontre le Docteur Parent ; ce
spécialiste des pathologies nerveuses procède à une démonstration d’hypnose sur sa
cousine. Troublé, le narrateur raconte laséance d’hypnose à ses amis qui se moquent de
lui.
Il rentre chez lui. Deux jours passent dans le calme.
Des verres se brisent au cours de la nuit, les domestiques s’accusent mutuellement.
Dans son jardin, le narrateur, terrifié, voit une rose cueillie par un être invisible.
Désormais persuadé qu’une créature invisible hante sa demeure, il décide de nouveau de
partir de chez lui. Maistoute volonté semble l’avoir abandonné.
Le narrateur sent qu’il tombe sous l’emprise de la créature, qu’il nomme le Horla.
Un jour, il parvient à se rendre à la bibliothèque de Rouen, emprunte un livre sur les
manifestations occultes qu’il lit intégralement en une nuit, sans y trouver un cas
correspondant au sien. Le surlendemain, il apprend dans une publication scientifique qu’une...
tracking img