Analyse de les bonnes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2434 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ANALYSE DE LES BONNES
Les Bonnes est basé sur un fait divers réel : le crime des soeurs Papin. En 1933, Christine et Léa Papin, âgées de 28 et 21 ans, sont depuis 7 ans au service d'une famille bourgeoise du Mans où elles donnent tout satisfaction. En février, elles assassinent leurs patronnes, avec sauvagerie, leur arrachant les yeux, leur tailladant les cuisses et les fesses, puis aspergeantchaque victime du sang del'autre. Après quoi elles lavent les armes du crime ( un marteau, un couteau à découper et un pichet d'étain ). Elles se lavent elles-mêmes et se couchent dans le même lit.
En 1947, Les Bonnes sont le contraire d'un mélodrame sanglant. C'est un rite cérébral qui débouche sur le mythe et rejoint la tragédie. Madame ne meurt pas. Ce sont les Bonnes qui s'auto-détruisent.Chaque agression contre Madame est fantasmée ou avortée, et si elle devait mourir ce serait par le poison, la strangulation ou l'asphyxie, comme chez Racine.
Genet a par contre conservé l'homosexualité incestueuse des Bonnes. Dans la préface, Genet écrit: "Tous les soirs elles se masturbent et déchargent en vrac l'une dans l'autre leur haine l'une contre l'autre." Les soeurs haïssent Madame maiselles s'entre-déchirent tout autant et Claire a peur de Solange. L'unité d'action des Bonnes se résume d'un mot : "tuer Madame".
Il y a donc du classicisme dans cette composition. C'est à dire : Solange est incapable d'étrangler Madame, Claire est incapable de l'empoisonner et Claire force Solange à lui administrer le breuvage mortel. Le classicisme est renforcé par la construction en troisparties. Ces trois parties peuvent se subdiviser en cinq parties :
* la première : du début de la pièce à la sonnerie du réveil qui ramène les Bonnes à la réalité après le jeu rituel
* La deuxième : de la sonnerie du réveil à celle du téléphone qui signifie aux Bonnes que leur machination a échoué.
* La troisième : de la sonnerie du téléphone à l'arrivée de Madame : préparation du meurtre* la quatrième : de l'arrivée de Madame à son départ, avec le désespoir de Madame car Monsieur est en prison, se renonciation avec le "je vous donne tout", puis un renversement radical : Monsieur est libéré, Madame s'échappe, triomphante.
* La cinquième : du départ de Madame à la fin de la pièce : Claire met en scène la catastrophe qui sera l'apothéose des Bonnes

Unité d'action: "tuermadame"
Unité de temps : tout se passe en une soirée)
Unité de lieu : la chambre [Cette chambre est le monde mental de celles qui le hantent : appartement empoisonné, appartement de messes noires, appartement qui figure l'âme des Bonnes ; La chambre de Madame est le décor réel. Les Bonnes y sont déplacées. *Lieus non-représentes : la cuisine est à côté, La mansarde est au dessus (c'est l'universdes Bonnes, la chambre caricaturale où les fleurs sont en papier et où s'aiguise leur jalousie morbide).
Tout s'ordonne autour de la chambre. *Le monde extérieur, c'est d'abord le Palais de Justice décrit par Madame qui nous le raconte. C'est ensuite le cachot, un lieu clos, symétrique de la chambre. Il y a le cachot dans l'imagination de Madame ainsi que le bagne (Ces degrés différentsd'enfermement et d'absence permettent de sacraliser Monsieur dont Solange est amoureuse, à la fureur de Claire) la cabine téléphonique et le bar qui permettent à Monsieur de renouer concrètement avec Madame. Parallèlement, il y a la fenêtre. Cette fenêtre donne sur le monde. Les Bonnes sont prises entre deux regards, c'est à dire le nôtre qu'elles ne voient pas, puisque c'est la convention du théâtre,et celui d'un public imaginaire aux yeux duquel elles s'exhibent.

Le théâtre, c'est aussi le jeu des regards.

Les rideaux de la fenêtre sont comme des robes : rideaux qu'on ouvre et qu'on ferme à l'image de la libération et de la mort. Le jeu des vêtements est subtil. Il a la rigueur classique du symbolisme des couleurs : le rouge, qui est la couleur du désir, le noir celle du deuil, le...
tracking img