Analyse de texte : la sibylle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1817 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’extrait que je vais analyser aujourd’hui est un passage tiré de la nouvelle Donna Claudia du recueil de nouvelles La Sibylle écrit par Jacques Mercanton et publié en 1967. Je ne vais pas m'attarder sur la vie de l'auteur, car les éléments biographiques les plus importants ont déjà été donnés durant l'analyse précédente. La Sibylle est composée de 8 nouvelles, où le narrateur raconte sesdifférentes expériences vécues en Italie. Un pays qui est présent du début jusqu'à la fin du recueil et qui est marqué par la mort. La deuxième nouvelle, Donna Claudia, d'où est tiré mon passage relate la vie d'un vieux couple italien qui a pour habitude de prendre de jeunes lectrices à leur service. Un jour, une dénommée Sylvia Ronconi est choisi par Donna Claudia pour être à son service comme lectrice.Donna Claudia partonnait un pensionnat de religieux à Vicence (nord-est) et c'est de ce pensionnat que Sylvia est arrivé. Même si Giorgio, le mari de Donna Claudia, était contre cette présence étrangère dans la maison, il se laissa finalement séduire par l'idée d'avoir un visage jeune auprès d'eux, consolation d'un ménage qui n'eut aucun enfant. Les débuts de la jeune lectrice furent trèsencouragents et cela eut pour conséquence une autorité moins pesante sur l'entourage de la part de Donna Claudia. La vie à Bassano ainsi que dans le palais de Vicence avait un air de jeu. Arrive alors mon passage qui traite de la relation difficile entre Donna Claudia et Sylvia quelques mois après son arrivée. Cette relation difficle à des effets directs sur le mari, Giorgio, et le narrateur ressent chezson ami de la préoccupation et même de l'angoisse. Le passage peut se diviser en trois parties comme suit :

- La première partie débute à « Son air soucieux me surprit» et se termine à « elle jugeait mal faite » qui est la description de chacune des femmes.
J’ai divisé cette première partie en deux sous-parties.
> la première commençant à Son air soucieux me surprit » et se terminant à « lavie est une chose sérieuse» qui est la description physique puis morale de Sylvia.
> La deuxième sous-partie va de « Donna Claudia s'y employa» à « elle jugeait mal faite». J’ai intitulé cette sous-partie comme étant la la description de l'attitude tyrannique de Donna Claudia.

- La deuxième débute à «- C'est étrange:» et va jusqu'à «Pourquoi?» qui est l'interrogation de Giorgio sur l'attitudede sa femme.

- La troisième et dernière partie de mon passage commence à «Il ne répondait» et se termine à la fin du passage, c-à-d à «Mon cœur se serra.». La narrateur est pris dans ses pensées et Giorgio ne parlait plus.

La division de la première à la deuxième sous-partie se justifie par le changement de personnages. Il est d'abord question de Sylvia Ronconi puis dans la deuxièmesous-partie, c'est l'attitude de Donna Claudia qui est décrite. La division entre la première et la deuxième partie se justifie le fait que Giorgio fait part de ses inquiétudes à son ami. Finalement, la divions entre la deuxième et troisième partie se justifie par le fait que Giorgio ne dit plus rien et que le narrateur est pris dans ses pensées. Dans cette troisième partie, nous sentons vraimentl'angoisse envahir le mari de Donna Claudia.
Je concentrerai mon anlyse sur la relation des deux femmes qui s'était sérieusement gâtée. De plus, nous verrons l'attitude de Giorgio face à cette situation délicate.
Avant de commencer mon analyse, il est nécessaire de préciser le sens des certains termes du passage. Tout d'abord, "un visage buté" est un visage obstiné (entêté, têtu). Puis "pupille"désigne une personne placée en tutelle.

La première partie est donc une description des deux femmes ainsi que leur relation. La première phrase, je cite "son air soucieux me surprit" nous montre que, dès le début du passage, nous auront un Giorgio inquiet, qui redoute quelque chose. En effet, la phrase qui précède mon passage, je cite "mais ici, à Bassano, loin de tout…" explique cette...
tracking img