Analyse giotto et van eyck partie de van eyck

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2126 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Il est possible d’affirmer que le courant artistique de la renaissance est la continuité du courant gothique car vers la fin du gothique les artistes tendent vers la représentation fidèle du réel tout en conservant l’aspect religieux dans celles-ci. Le gothique international reste une source d’inspiration majeure dans les courant qui suiveront. L’invention de la toile mettra de l’avant l’artmobilier qui pourra maintenant voyager et transmettre différents styles et techniques à d’autres peintres d’ailleurs. Ce travail effectuera une comparaison entre «Le massacre des innocent» peinture à fresco sur platre de Giotto di Bondone en 1302 à 1305 et celle de Jan Van Eyck «La vierge au chanoine Van der paele » fait d’huile sur bois en 1436. Nous introduirons la situation socio-historique ducourant gothique à Vénétie puis celui de la renaissance dans les pays du nord plus précisément dans la région de Flandre.

Contexte,socio-historique
D’abore,

Ensuite, Jan Van Eyck est un artiste se reliant au XVe siècle. Dans ces années, le mouvement humaniste est en plein essor. En effet, «Les écrivains et les philosophes s’intéressent désormais à tous les domaines de la connaissance» (notede cours, Renaissance, p.1). Les gens tendent désormais vers le progrès, la connaissance et l’ouverture sur le monde et les artistes voyagent beaucoup donc un échange culturel se fait avec fluidité. Ce siècle est marquée par différentes innovation dont l’invention de l’imprimerie par Gutenberg et de la peinture à l’huile attribuée à Van Eyck. Cet artiste créa «La Vierge au chanoine Van der paele»en 1436 à Bruges. Cette ville est la capitale de Flandre, une région des anciens Pays-Bas. Cette région comprenait une partie de la Belgique, de la France et des Pays-Bas actuel. Puisque de nombreux personnages riches dont plusieurs ducs s’installent dans cette région, celle-ci connait une période très prospère au niveau économique. À cette époque, les hautes classes sociales et les riches ont ungoût et une compréhension de l’art différente. Ces gens fortunés commandent des œuvres aux artistes dans le but de décorer et remplir leur propre demeure. Ils permettent ainsi la survie des artistes de l’époque.

Jan Van Eyck est né à Maastricht, ville des Pays-Bas actuel. Sa date de naissance exacte n’est pas connue mais, il est supposément né en1390. Son frère Hubert Van Eyck et lui fondèrentl’école de Bruges, une école d’art flamand. Mis-à-part l’école, «Van Eyck était un homme de cours, il fut au service du duc Jean de la Bavière pendant deux ans et il passa seize année auprès du duc Philippe le Bon» (Albert Chatelet, p.6). Philippe le Bon était prince français de troisième branche, duc de Bourgogne et des Pays-Bas Bourguignons. Le Bon était un grand mécène, il employa Jan van Eyck,vers 1425, en tant que peintre ducal et valet de chambre. De plus, l’artiste sera chargé d’accomplir certaines missions diplomatiques comportant quelques pèlerinages pour lui. Par ailleurs, on attribuerait l’invention ou du moins le peaufinage de la peinture à l’huile à Van Eyck puisqu’il mélangeait ses pigments de couleurs à de l’huile et respectait certaines proportions dans ses mélanges. Parcontre, d’autres artistes avant avaient utilisés l’huile comme liant. Ce procédé n’était donc pas nouveau mais, Jan Van Eyck maîtrisait les effets de transparence et «l’utilisation de la lumière dans le rendu des modelés» (notes de cours Renaissance, p.3). Puis, un autre élément distinctif du peintre serait que plusieurs de ses œuvres, comme celle de La Vierge au Chanoine Van der Paele sont signées etdatées, ce qui est très rare au 15e siècle. En s’inspirant du gothique internationale, il le révolutionna et ouvrit la porte à l’art flamand.

Giotto di Bondone, «Le massacre des innocents», peinture à fresco sur plâtre, 1302-1305,
200 cm / 185 cm

Étude descriptive «Le massacre des innocents»

Jan Van Eyck, «La Vierge au chanoine Van der Paele», huile sur bois, 1436, 122 cm / 157 cm...
tracking img