Antigone

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1009 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
. En sortant du sanctuaire, Thésée avait la profonde envie de résonner Antigone. Ainsi, il proposa une promenade le long de la falaise. C'était un lieu qu'il avait toujours aimé consacré à la réflexion à ses heures perdus.
Le paysage était vaste et en haut de la falaise un sentiment de puissance, de domination se propageait en vous. Le jour tombait, le soleil rougissait de plus en plus et salumière colorait merveilleusement les doux nuages autour de lui. Cette luminosité rendait le paysage plus beau encore: la roche, couleur sable, devenait ocre;et le vert des oliviers, irréel. L'atmosphère était à la passion, au rêve.
Thésée engagea la conversation, en lui développant sa propre idée:

-Quel absurdité! Partir d'Athènes, s'exclama-t-il, Antigone allait rester c'était pour lui uneévidence.

-Arrête Thésée, arrête. C'est un décision que je dois prendre seule, elle ne concerne que moi. Et aussi absurde que cela puisse te paraître, j'ai décidé de partir, dit-elle dans un murmure.

-Pardon? S'exclama Thésée outré. C'est ignoble tu ne peux pas partir voyons tu...

-Je ne peux pas partir? ,cria-t-elle en lui coupant la parole; je ne peux pas partir? Et cela te paraîtignoble?! Pourquoi pour toi j'ai toujours représenté une fillette sans défense, victime de la mort de son père. Il est tant que tu cesses de me voir faible Thésée.

Ils s'étaient arrêtés de marché, désormais ils étaient au bout de la falaise.

-Antigone, laisse place à la réflexion, tu viens seulement d'apprendre cette nouvelle qui, je te comprends, peut paraître tout à fait saisissante mais,Antigone, tu sais ce qui t'attends... dois-je te rappelé que tu n'a que dix-sept ans et que la vie est devant toi, l'avertit-il.

-Non, le problème c'est que justement j'ai déjà dix-sept ans et que je crois que j'ai toujours eut ce complexe que Papa a eut, je l'ai reproduit malgré moi, ce complexe d'Œdipe dirais-je. J'ai envie de m'en détaché et je sais que si je reste à Athènes il se répercutera surtoi.

-Le complexe d'Œdipe? De quoi me parles-tu Antigone, l’interrogea-t-il agacé de ne pas comprendre où elle voulait en venir.

-Tu le sais au fond de toi, je ne veux pas l'expliqué cela ce serait trop gênant pour moi. Si tu ne l'entends point alors tant pis, râla-t-elle frustré qu'il ne l'a comprenne pas.

-En tout cas Antigone je te demande de m'écouter, dit-il. Si tu t'en va tu nepourras plus revenir! Soit donc responsable, ne plaisante pas avec ta vie. Ce n'est pas un jeu. Si tu perds tu n'as aucune chance de revenir, tu es virée de la partie, et alors le jeu est finit, disputât-il.

-La mort, dit le! Si je pars je mourrais! Arrête avec tes euphémismes et tes métaphores! Vous tous autant que vous êtes, vous avez tous une peur bleu de la mort et la souffrance qu'elle vouscausera. Moi je n'ai pas peur, si elle arrive c'est que ça devait être comme ça! Comprends au moins cela, protesta-t-elle.

-Le fait que tu n'est pas peur de la mort est une chose mais te livrer à elle c'est totalement différent. Ici tu as le choix, mourir maintenant ou vivre des jours heureux. La réponse est donné Antigone, débattu-t-il.

-Ne détourne pas ces propos! « Dans la cité,toujours étrangère, tu couleras des jours heureux et monotones. Ton nom sera oublié. Dans la cité patrie, tu retrouveras ta famille, découvriras l'amour mais en affirmant ta liberté, tu rencontreras la mort. Ton nom traversera alors les siècle.» Voilà ce qu'elle à dit! Je ne suis pas toi Thésée. Mes choix sont différents, et ma vie l'est aussi. Alors retournons l'accusation: tu ne peux être digne, toi,tu ne peux plus te lever le matin serin, tu as été bouffé par les mauvais choix que tu as fait. Tu ne peux parler de la mort avec une telle impunité, puisque toi même tu l'as provoqué et cela avait beau être celle du Minotaure, ce n'est pas pour autant que tu es excusé. Alors ne me critique pas tu n'es pas moins coupable d'immaturité que moi., dit-elle d'une voie étonnamment douce. La liberté...
tracking img